GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël : un reportage révèle que Benyamin Netanyahu préparait une attaque contre l'Iran en 2010

    media

    Une attaque israélienne sur l’Iran a-t-elle été évitée de justesse en 2010 ? Oui, si l’on en croit les auteurs d’une enquête diffusée ce soir, lundi 5 novembre, à la télévision israélienne. D’après les journalistes, le Premier ministre Benyamin Netanyahu et son ministre de la Défense ont demandé aux responsables de l’armée et des renseignements de lancer les préparatifs d’une attaque contre les installations nucléaires de l’Iran. Mais ce sont ces mêmes chefs de l’armée et des services secrets qui ont bloqué le projet.

    Avec notre correspondant en Israël, Nicolas Falez

    La scène se passe en 2010. Ce jour là, Benyamin Netanyahu réunit autour de lui le « forum des sept », sa garde rapprochée au sein du gouvernement. Sont conviés également le chef d’état-major, Gaby Ashkenazi, et le patron du Mossad, Meir Dagan, qui depuis ont quitté leurs fonctions.

    Selon les journalistes du magazine d’investigation Uvda, diffusé sur la deuxième chaîne de télévision israélienne, les deux hommes sont stupéfaits d’entendre le Premier ministre leur ordonner d’entrer dans la phase « P-Plus », un nom de code signifiant que l’armée et les autres services de sécurité doivent se préparer à une possible attaque.

    C’est alors que le chef d’état-major et celui du Mossad auraient clairement résisté à la consigne. Meir Dagan, le chef des services de renseignement aurait même mis en cause la légalité de l’ordre du Premier ministre puisque la réunion en question n’était pas celle du cabinet de sécurité, le groupe des quinze ministres appelés à voter chaque décision importante.

    Selon le ministre de la Défense, Ehud Barak, interrogé dans le même reportage, il n’était pas question de déclarer une guerre ce jour-là. C’est vrai qu’elle n’a pas eu lieu, mais ça n’est pas la première fois que les professionnels de l’armée et des renseignements sont décrits comme étant opposés à une action unilatérale contre l’Iran et son programme nucléaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.