GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 8 Février
Mardi 9 Février
Mercredi 10 Février
Jeudi 11 Février
Aujourd'hui
Samedi 13 Février
Dimanche 14 Février
    Urgent

    Le pape François a rencontré vendredi à Cuba le patriarche orthodoxe russe Kirill lors d'un face-à-face sans précédent et empreint d'émotion, près de mille ans après le schisme entre chrétiens d'Orient et d'Occident.

    Moyen-Orient

    Egypte: les Frères musulmans se félicitent de la victoire de Barack Obama

    media L'administration Obama a soutenu le président Morsi (photo) quand il a mis à la retraite le maréchal Tantawi Reuters

    En Egypte, ce n’est pas seulement le président Mohamed Morsi qui s’est félicité de la victoire de Barack Obama mais toute la confrérie des Frères musulmans, soutenue par l'administration américaine lors de la chute des proches de l'ex-raïs Hosni Moubarak.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    La confrérie des Frères musulmans s'est félicitée de la réélection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis.

    Raison principale, des canaux de communications se sont créés entre la confrérie et l’administration Obama dès le lendemain du renversement de l’ex-président Moubarak. Une administration qui a soutenu le président Mohamed Morsi quand il a mis à la retraite le maréchal Tantawi, chef du Conseil suprême des forces armées et ministre de la Défense.

    L’administration Obama a aussi dépêché en Egypte la plus grande délégation économique de l’histoire des relations entre les deux pays. À l’inverse, Mitt Romney était considéré avec méfiance. Il avait estimé que l’arrivée des Frères musulmans au pouvoir en Egypte était un sujet de préoccupation.

    Le journal du parti des Frères va même jusqu’à affirmer que si Obama a gagné, c’est grâce aux voix des musulmans américains. Un Obama qui devrait donc bientôt exprimer sa reconnaissance.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.