GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Venezuela: l'opposition dit avoir obtenu la validation des signatures pour le référendum anti-Maduro
    Moyen-Orient

    Le régime syrien qualifie d'«immorale» la reconnaissance par la France de la coalition

    media

    Mardi 13 novembre, la France est devenue le premier Etat occidental à reconnaître la nouvelle formation de l'opposition syrienne unifiée dont l'accord a été obtenu à l'issue de discussions houleuses à Doha. Les Etats-Unis ne se sont eux pas engagés si loin, et les pays arabes sont encore divisés. Ces déclarations ont suscité la colère des autorités syriennes, qui ont condamné la position de la France.

    La réunion de Doha est « une déclaration de guerre », car le texte de l'accord stipule que « tout dialogue avec le gouvernement est exclu ». C'est ce qu'a déclaré le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mekdal mercredi 14 novembre. Il a jugé la position de la France « immorale », notamment le fait de vouloir reconsidérer la question des livraisons d'armes, qu'elle refusait jusqu'à présent. Selon lui, cette reconnaissance « contredit l'histoire de la France dans les affaires internationales ».

    Le président français a reconnu mardi la coalition comme « le futur gouvernement provisoire de la Syrie démocratique permettant d'en terminer avec le régime de Bachar el-Assad ».

    Les Etats-Unis, eux, se sont montrés plus réservés. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, en déplacement en Australie, a déclaré que cette coalition était un « pas important en avant, et aidera la communauté internationale à mieux cibler l'aide ». Elle a par ailleurs annoncé une aide humanitaire supplémentaire de 30 millions de dollars. Mais avant d'aller plus loin dans une reconnaissance, Washington veut d'abord s'assurer de la façon dont la coalition va s'organiser sur le terrain et montrer sa représentativité.

    La Ligue arabe considère pour l'instant la nouvelle coalition comme « son principal interlocuteur ». Pour les monarchies du Golfe en revanche, la coalition est désormais le « représentant légitime du peuple syrien ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.