GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: le bras de fer politique porté devant les tribunaux

    media La cour administrative a fixé au 4 décembre l’examen d’une plainte demandant l’abrogation du décret du président Mohamed Morsi. Reuters

    En Egypte, la confrontation politique opposant l'opposition aux Frères musulmans fait l'objet de plusieurs poursuites judiciaires. La cour administrative a ainsi fixé au 4 décembre l’examen d’une plainte demandant l’abrogation du décret du président Mohamed Morsi. Un décret où il s’accorde de très larges pouvoirs.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    La plainte contre le décret présidentiel fait partie de la guerre que se livrent Frères musulmans et anti-Frères musulmans devant la justice. Ces derniers considèrent que le président n’avait pas le droit administratif d’adopter un tel décret qui est donc nul et non avenu. Selon les experts juridiques, le jugement de la cour administrative ne devrait pas intervenir avant au moins un mois.

    De leur coté, des avocats Frères musulmans ont poursuivi de nombreuses personnalités de l’opposition devant la justice. Le président du Club des magistrat Ahmad el-Zend a été accusé d’enrayer le déroulement de la justice pour avoir appelé à la grève des magistrats. Une grève qui paralyse une bonne partie des tribunaux. Il y a aussi des figures de proue de laïcs, comme le libéral Mohamed el-Baradei et le socialiste Hamdin Sabbahi, qui ont été accusés de vouloir renverser le régime. Un crime qui, selon le procureur général nouvellement nommé par le président Morsi, est passible de la peine de mort.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.