GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Conférence de Doha: l'Amazonie face au réchauffement climatique

    media L'écosystème de l'Amazonie et les âmes qui y vivent sont menacés par le réchauffement climatique. C'est ce qu'est venu dire à Doha le représentant du peuple Sapara. RFI/François Cardona

    Les débats de la conférence mondiale des Nations unies sur le changement climatique se poursuivent à Doha, au Qatar. Mardi 27 novembre 2012, à côté des petits Etats insulaires qui se sont fait entendre, certains représentants des peuples de la forêt amazonienne ont fait le déplacement. Parmi eux, Manari Oushiwa, du peuple Sapara.

    Avec notre correspondante à Doha, Laxmi Lota

    Visage tatoué, ornement de plumes sur la tête, Manari Oushiwa a fait le déplacement à Doha, capitale du Qatar où se tient la conférence onusienne. Lui est Equatorien. Il fait partie du peuple Sapara, qui vit dans la forêt amazonienne. Ils sont un peu plus d'un millier aujourd'hui, vivant encore en autarcie. Alors, la sauvegarde de la forêt tropicale est pour eux une question de survie.

    « Je suis là au nom de la confédération des nationalités indigènes de l'Equateur, pour demander aux parties de comprendre que l'enjeu est capital pour la forêt tropicale. Il est important que nous soyons écoutés », confie Manari Oushiwa, sans trop y croire. Et d'ajouter : « Je ne suis pas optimiste parce que les objectifs du protocole de Kyoto n'ont pas été atteints en 20 ans…Alors que peut-on attendre aujourd'hui ? On espère que des voix s'élèvent dans la société civile, avec les populations indigènes. Nous devons travailler avec les gouvernements ». 

    Le peuple Sapara craint de voir la forêt vierge disparaître. Le forage pétrolier continue de s'étendre en Amazonie.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.