GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 2 Février
Mercredi 3 Février
Jeudi 4 Février
Vendredi 5 Février
Aujourd'hui
Dimanche 7 Février
Lundi 8 Février
    Urgent

    Ancien directeur de cabinet du président Faure Gnassingbé et ancien ministre de l'Administration territoriale, le Togolais Pascal Bodjona était incarcéré à la prison civile de Tsévié, à 35 km de Lomé, pour une affaire d'escroquerie internationale. Il est libre depuis ce samedi matin.

    Moyen-Orient

    Demande de la Palestine à l’ONU du statut d’Etat observateur: la France votera «oui»

    media

    La France votera « oui » à la demande des Palestiniens d'obtenir un statut d'Etat observateur non-membre à l'ONU. Le vote à l'Assemblée générale des Nations unies doit se faire jeudi 29 novembre. Une majorité semble acquise en faveur de la demande palestinienne mais Israël comme les Etats-Unis ont déjà dit qu'ils s'y opposeraient. La France tergiversait. Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, a finalement annoncé ce mardi 27 novembre la décision positive de Paris. « Une décision cohérente », a-t-il dit.

    Quand la question sera posée, la France répondra «oui» par souci de cohérence […]. Si on est cohérents et lucides, on travaillera pour la paix...
    Laurent Fabius Ministre français des Affaires étrangères. 11/10/2013 - par RFI Écouter

    C'était une promesse de campagne du candidat Hollande : soutenir la reconnaissance internationale d'un Etat palestinien. Devenu président, il va donc tenir son engagement. Et il suit ainsi le chemin de ses prédécesseurs.

    Je pense que la grande majorité des nations voteront avec nous.
    Riyad Mansour, ambassadeur de la Palestine à l'ONU 11/10/2013 - par Karim Lebhour Écouter

    Nicolas Sarkozy à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, en septembre 2011, avait en effet proposé un statut d'Etat observateur pour la Palestine. Un mois plus tard, la France votait « oui » à l'admission de cet Etat à l'Unesco, une agence des Nations unies.

    La France a toujours soutenu les Palestiniens sur ce point

    Et bien avant, en 1982, c'est François Mitterrand qui avait fait sensation à la Knesset, le Parlement israélien, en proposant la création d'un Etat palestinien, une idée qui à l'époque était loin de faire l'unanimité.

    La France a donc toujours soutenu les Palestiniens dans leur velléité de reconnaissance. Pourtant, ces derniers mois, François Hollande avait semblé tergiverser, disant privilégier la négociation aux démarches unilatérales auprès de l'ONU. Un président français soucieux aussi de ménager les Israéliens et les Américains qui, eux, s'opposent fermement à ces démarches palestiniennes. 

    Les trois raisons pour lesquelles la France a décidé de voter oui.
    Samuel Ghiles-Meilhac, enseignant à Sciences Po spécialiste du Proche-Orient 11/10/2013 - par Murielle Paradon Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.