GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Janvier
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 22 Janvier
Mardi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot: Lyon inflige à Paris sa 2e défaite de la saison en Ligue 1 lors de la 22e journée (2-1, buts de Fekir et Depay contre un but Kurzawa)
    • Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine (responsable palestinien)
    • CHAN 2018: le Maroc termine en tête du groupe A après son match nul face au Soudan (0-0), qui se classe 2e
    • France: deux surveillants agressés à Longuenesse (nord) par un détenu et conduits à l'hôpital
    • Nucléaire: Jean-Yves Le Drian se rendra le 5 mars en Iran (officiel)
    • RDC: le pape demande aux autorités d'éviter «toute forme de violence»
    Moyen-Orient

    Environnement: la conférence de Doha accouche d'un accord a minima

    media

    Un accord à l'arraché, donnant naissance à l'acte II de Kyoto, a finalement été trouvé pour lutter contre le réchauffement climatique, ce samedi 8 décembre, à Doha au Qatar. Après 15 jours de débats, la conférence de l'ONU sur le climat s'est donc conclue en début de soirée, soit 24 heures plus tard que prévu.

    Avec notre envoyée spéciale à Doha, Anne-Cécile Bras

    La conférence s'est conclue sous les applaudissements des délégations. Un enthousiasme qui contraste avec une assistance clairsemée à cause du jour et de l'heure de la clôture. Quarante ministres africains étaient notamment déjà partis.

    Un enthousiasme qui ne reflète pas non plus le contenu a minima de l'accord. Par exemple, sur les financements pour aider les pays les plus vulnérables à s'adapter aux conséquences des changements climatiques. Il n'y a rien de neuf. La perspective virtuelle de mobiliser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 avait déjà été adoptée en 2009 à Copenhague. Avec en plus, ici à Doha, l'introduction d'un article qui fait débat : il stipule que ces engagements financiers seront honorés quand les circonstances financières des pays le permettront. Pour l'Alliance des petits Etats insulaires, cet article imposé par les Etats-Unis est pervers.

    Tentative de blocage

    Mais cet accord n'a failli jamais voir le jour. Au moment où la présidence qatarienne a annoncé la clôture de la conférence avec l'accord, l'Ukraine, la Biélorussie et le Kazakhstan, soutenus par la Russie, ont voulu bloquer le processus à cause d'une disposition un peu technique qui va limiter leur stock de crédit carbone. Les Etats-Unis aussi, par la voix de leur négociateur, ont fait part de certaines réticences.

    Mais l'heure avançant, la présidence qatarienne est passée en force. On peut donc regretter la faiblesse du niveau d'ambition de cet accord. Doha ne restera pas dans les annales des changements climatiques comme la conférence qui a changé la donne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.