Environnement: la conférence de Doha accouche d'un accord a minima - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 13:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  2. 13:30 TU Journal
  3. 13:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  4. 14:00 TU Journal
  5. 14:10 TU Mémoire d'un continent
  6. 14:30 TU Journal
  7. 14:33 TU L'épopée des musiques noires
  8. 15:00 TU Journal
  9. 15:10 TU Idées
  10. 15:30 TU Journal
  11. 15:33 TU Idées
  12. 16:00 TU Journal
  13. 16:10 TU Carrefour de l'Europe
  14. 16:30 TU Journal
  15. 16:33 TU Carrefour de l'Europe
  16. 17:00 TU Journal
  17. 17:10 TU Dimanche politique
  18. 17:30 TU Journal
  19. 17:33 TU Sessions d'information
  20. 18:30 TU Journal
  21. 18:40 TU GEOPOLITIQUE 2 D
  22. 19:00 TU Journal
  23. 19:10 TU La marche du monde
  24. 19:30 TU Journal
  25. 19:33 TU La marche du monde
  1. 13:00 TU Journal
  2. 13:10 TU Littérature sans frontières
  3. 13:30 TU Journal
  4. 13:33 TU Le coq chante
  5. 14:00 TU Journal
  6. 14:10 TU Musiques du monde
  7. 14:30 TU Journal
  8. 14:33 TU Musiques du monde
  9. 15:00 TU Journal
  10. 15:10 TU Musiques du monde
  11. 15:30 TU Journal
  12. 15:33 TU Musiques du monde
  13. 16:00 TU Journal
  14. 16:10 TU Idées
  15. 16:30 TU Journal
  16. 16:33 TU Idées
  17. 17:00 TU Journal
  18. 17:10 TU CARREFOUR DE L'EUROPE 1B
  19. 17:30 TU Journal
  20. 17:33 TU Sessions d'information
  21. 18:30 TU Journal
  22. 18:40 TU GEOPOLITIQUE 2 D
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU Mémoire d'un continent
  25. 19:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Environnement ONU Qatar

Environnement: la conférence de Doha accouche d'un accord a minima

media

Un accord à l'arraché, donnant naissance à l'acte II de Kyoto, a finalement été trouvé pour lutter contre le réchauffement climatique, ce samedi 8 décembre, à Doha au Qatar. Après 15 jours de débats, la conférence de l'ONU sur le climat s'est donc conclue en début de soirée, soit 24 heures plus tard que prévu.

Avec notre envoyée spéciale à Doha, Anne-Cécile Bras

La conférence s'est conclue sous les applaudissements des délégations. Un enthousiasme qui contraste avec une assistance clairsemée à cause du jour et de l'heure de la clôture. Quarante ministres africains étaient notamment déjà partis.

Un enthousiasme qui ne reflète pas non plus le contenu a minima de l'accord. Par exemple, sur les financements pour aider les pays les plus vulnérables à s'adapter aux conséquences des changements climatiques. Il n'y a rien de neuf. La perspective virtuelle de mobiliser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 avait déjà été adoptée en 2009 à Copenhague. Avec en plus, ici à Doha, l'introduction d'un article qui fait débat : il stipule que ces engagements financiers seront honorés quand les circonstances financières des pays le permettront. Pour l'Alliance des petits Etats insulaires, cet article imposé par les Etats-Unis est pervers.

Tentative de blocage

Mais cet accord n'a failli jamais voir le jour. Au moment où la présidence qatarienne a annoncé la clôture de la conférence avec l'accord, l'Ukraine, la Biélorussie et le Kazakhstan, soutenus par la Russie, ont voulu bloquer le processus à cause d'une disposition un peu technique qui va limiter leur stock de crédit carbone. Les Etats-Unis aussi, par la voix de leur négociateur, ont fait part de certaines réticences.

Mais l'heure avançant, la présidence qatarienne est passée en force. On peut donc regretter la faiblesse du niveau d'ambition de cet accord. Doha ne restera pas dans les annales des changements climatiques comme la conférence qui a changé la donne.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.