GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Miné par les sanctions internationales, l'Iran fait face à une pénurie de médicaments

    media Ce sont notamment les médicaments permettant de lutter contre le sida qui manquent en Iran. REUTERS

    Une délégation de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) était en Iran ce jeudi. Elle a tenté de négocier l'accès à des sites sensibles. L'Iran est soupçonné de fabriquer la bombe nucléaire et, de ce fait, est soumis à un embargo international. Des sanctions qui pèsent de plus en plus sur l'économie du pays. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté et les médicaments manquent.

    Depuis plusieurs semaines en Iran, certains médicaments manqueraient cruellement. Des médicaments que le pays importe. « Il y a des pénuries, notamment de médicaments destinés à lutter contre certains cancers, de médicaments pour traiter les insuffisances respiratoires ou contre des maladies comme le sida. Effectivement, il y a à l'heure actuelle un problème. Je dirais même que le problème commence à devenir assez grave », confirme Fereydoun Khavand, économiste à l'université Paris-V.

    Théoriquement, les sanctions internationales ne touchent pas les produits de premières nécessité dont les médicaments. Mais l'Iran, qui ne peut plus exporter son pétrole comme avant, manque de devises. Et l'argent restant n'est pas toujours utilisé à bon escient. « En raison de la corruption, les importateurs qui ont obtenu des licences pour l'importation de ces médicaments, ont détourné une partie de ces devises pour importer autre chose, par exemple des produits cosmétiques », explique encore Fereydoun Khavand.

    Certains préféreraient aussi revendre les produits qu'ils importent sur le marché noir, à des prix plus avantageux pour eux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.