GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot/France: Fekir, Lacazette et Cabaye forfaits, Gameiro, Dembélé et Kondogbia appelés (FFF)
    Moyen-Orient

    Syrie: le Front al-Nosra, un groupe jihadiste en pleine ascension

    media

    Alors que les combats continuent en Syrie, les manifestations de l’opposition ont lieu chaque vendredi. Ce 14 décembre, le mot d’ordre était de dénoncer Bachar el-Assad comme « le seul terroriste » du pays et de soutenir le Front al-Nosra, ce groupe rebelle jihadiste que les Etats-Unis ont placé cette semaine sur leur liste des organisations terroristes étrangères, ce que dénoncent de nombreux opposants syriens.

    Son nom arabe Jabhat al-Nosra signifie « Front de la victoire ». Il s'est fait connaître pour la première fois en janvier 2012 dans une vidéo où il promettait le jihad, la guerre sainte, au régime syrien. Le Front al-Nosra dit représenter les sunnites et vouloir se débarrasser de « l'ennemi alaouite », le clan auquel appartient Bachar el-Assad qui est une branche du chiisme. Son discours est nettement confessionnel et son but ne serait pas seulement de faire tomber le régime actuel mais d'instaurer en Syrie un Etat islamique.

    Selon l'ONG International Crisis Group, qui a publié un rapport en octobre 2012 sur les jihadistes en Syrie, « Le Front al-Nosra a plus de points communs avec al-Qaïda en Irak, qu'avec les autres groupes de l'opposition syrienne ».

    Quels sont ses liens avec al-Qaïda ?

    Le Front al-Nosra n’a jamais clairement revendiqué son appartenance au réseau terroriste al-Qaïda mais selon le département d'Etat américain, c'est un fait. Un des chefs présumés du groupe, Maysar Ali Moussa Abdallah al-Joubouri, est un Irakien ayant appartenu à al-Qaïda dans son pays d'origine. La propagande du Front al-Nosra est aussi diffusée sur les sites internet utilisés habituellement par le réseau terroriste.

    Au sein du mouvement figurent des combattants syriens mais aussi des étrangers venant d'Irak, du Yémen, d'Arabie Saoudite, du Koweït, de Libye et même du Kazakhstan, selon International Crisis Group ; des combattants dont on ne connaît pas le nombre mais qui sont assez efficaces.

    Les actions du Front al-Nosra sur le terrain

    Au début, le Front al-Nosra s'est surtout fait connaître pour des attentats meurtriers qu'il a revendiqués à Damas et Alep, et où il y a eu de nombreuses victimes civiles. Mais ensuite, il a davantage communiqué sur ses attaques menées directement contre le régime et l'armée.
    Parmi ses récents faits d'armes : un attentat, mercredi 12 décembre, devant le ministère de l'Intérieur et la prise de la base de Cheikh Souleimane, en début de semaine. C'était la dernière place forte de l'armée à l'ouest d'Alep. Cette prise est symbolique car le Front al-Nosra l'aurait réussie seul, alors que dans des attaques précédentes, il était associé à d'autres groupes rebelles, à l'Armée syrienne libre notamment.

    Les relations entre le Front al-Nosra et le reste de l'opposition syrienne

    Le Front al-Nosra combat, au coup par coup, avec d'autres groupes armés. Cela dépend des terrains, mais ce qui est sûr c'est qu'il gagne de plus en plus de crédit auprès de la population. Lors des manifestations du vendredi, les Syriens plébiscitent de plus en plus ce groupe radical très bien organisé et qui obtient des résultats. L'Armée syrienne libre, qui était présentée jusqu'ici comme le principal mouvement d'opposition armé en Syrie, semble perdre du terrain face aux groupes jihadistes comme le Front al-Nosra.

    Concernant l'opposition politique, le Front al-Nosra a refusé de se joindre à la Coalition nationale de l'opposition syrienne qui s'est créée récemment et qui a été reconnue par une grande partie de la communauté internationale.

    Vu de l'étranger, comment le Front al-Nosra est-il perçu ?

    Les Etats-Unis ont décidé mardi 11 décembre d'inscrire le Front al-Nosra sur leur liste des organisations terroristes étrangères, puisqu'ils considèrent que le groupe est lié à al-Qaïda. « La vision violente et sectaire d'al-Nosra est en contradiction avec les aspirations du peuple syrien et (…) n'a pas sa place dans la Syrie de l'après-Assad », a dit la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland. Cette décision américaine a provoqué un tollé auprès du reste de l'opposition syrienne qui, malgré ses divergences avec le Front al-Nosra, estime que ce dernier fait avancer la cause de la rébellion.

    En fait, la position des Etats-Unis reflète les craintes de beaucoup de pays occidentaux sur ce que peut être la Syrie après la chute de Bachar el-Assad. Les jihadistes comme le Front al-Nosra sont clairement anti-Occidentaux et affirment vouloir instaurer un Etat islamique en Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.