GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Pro ou anti-Morsi, les Egyptiens manifestent à la veille du deuxième tour du référendum

    media

    Veille de la deuxième phase du référendum sur le projet de Constitution voulu par le président Mohamed Morsi et rejeté par l’opposition égyptienne en Egypte: demain, samedi 22 décembre, les opérations de vote reprennent. Les islamistes et l’opposition vont de nouveau descendre dans la rue ce vendredi 21 décembre au Caire et à Alexandrie, pour mesurer leur force avant cette deuxième phase du référendum.

    Avec notre envoyé spécial au Caire

    Aujourd’hui, vendredi 21 décembre, c’est manifestation contre manifestation : d’un côté, les Frères musulmans  se mobilisent à Alexandrie pour soutenir le projet de Constitution ; de l'autre, les opposants au président Morsi manifestent au Caire sur la place Tahrir.

    Les opposants doivent converger vers Tahrir après la prière du vendredi, c’est-à-dire vers 13 heures TU (15 heures au Caire).

    Les fameuses tentes blanches des opposants sont toujours plantées sur la place Tahrir. Ce vendredi, cela fait exactement un mois et un jour qu’ils ont réinvesti ce lieu symbolique de la révolution pour dire non au projet de Constitution du président Mohamed Morsi. A la veille de la seconde partie du référendum, la situation déjà instable risque de se dégrader davantage.

    Le procureur général d’Egypte, Talaat Ibrahim, qui avait démissionné lundi sous la pression des magistrats qui dénonçaient sa nomination comme une atteinte à la justice, est revenu sur sa décision.

    Cette décision risque d’affecter la participation des magistrats au scrutin. Si ce référendum se fait en deux parties, c’est, parce qu'en Egypte, ce sont les magistrats qui supervisent l’opération de vote. Certains d'entre eux, qui s’opposent au président Mohamed Morsi et à son projet, avaient déjà décidé de boycotter le scrutin la semaine dernière.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.