GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Bethléem, un Noël à la saveur inhabituelle

    media Basilique de la Nativité, Bethléem, le 24 décembre 2012. REUTERS/Ammar Awad

    Pour la fête de la Nativité, des milliers de touristes ont fait le déplacement à Bethléem, en Cisjordanie, dans la cité palestinienne où serait né le Christ. Cette année, l'évènement est célébré dans un contexte un peu particulier : la Palestine a en effet acquis le statut d'Etat observateur des Nations unies. Ce qui n'efface pas le poids de la crise pour autant.

    Avec notre envoyée spéciale à Bethléem, Emilie Baujard

    La nuit de Noël à Bethléem. Ecoutez le reportage de notre envoyée spéciale Emilie Baujard 25/12/2012 - par RFI Écouter

    En cette fin d’année 2012, la carte postale de Bethléem est prête. Chants de Noël dans les magasins, grand sapin en face de la basilique de la Nativité, et un peu plus loin, un drapeau palestinien. C'est le seul signe visible de cet « Etat » de Palestine fraîchement reconnu dans son statut d'observateur à l'ONU.

    « Cette année, nous avons de l’espoir, car enfin le monde a reconnu que nous sommes un Etat, s’enthousiasme la membre d’une association chrétienne de Bethléem. Nous les chrétiens palestiniens, nous resterons ici pour aider notre Etat de Palestine à vraiment devenir un Etat où tout le monde aura les mêmes droits. Un Etat pluraliste et démocratique. »

    Les Palestiniens espèrent aussi que ce nouveau statut au Nations unies sera un moyen d’attirer plus de touristes. Mais en attendant, c’est surtout la crise économique qui fait parler. Avec les sanctions financières prises par Israël contre l’Autorité palestinienne après le vote de l'ONU, les affaires sont au plus mal.

    C'est ce qu'explique un guide touristique palestinien de Bethléem : « On ne sait pas combien de maisons le Père Noël va visiter, parce que les gens n’ont plus d’argent. Ils achètent moins, on peut même dire 50% de moins que l’année dernière. Et chaque année, c’est pire. »

    Autre conséquence de la crise : la ville de Bethléem est moins illuminée que les autres années. Le budget pour les décorations de Noël a été amputé de moitié.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.