GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Damas, Lakhdar Brahimi s'alarme d'une «situation difficile»

    media

    En Syrie, pour ce seul dimanche 23 décembre, les violences auraient fait plusieurs dizaines de morts selon l'OSDH. C'est dans ce contexte que l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, a rencontré, le lundi 24 décembre, le président Bachar el-Assad. Une rencontre qui n'augure pas une véritable sortie de crise.

    C'est la troisième fois que l'émissaire international sur la Syrie, Lakhdar Brahimi, se rend à Damas, depuis qu'il a succédé à Kofi Annan. Lors de sa dernière visite en octobre 2012, il avait tenté de mettre en place un cessez-le-feu lors de la fête musulmane du Sacrifice. Une trêve qui n'avait duré que quelques heures.

    Cette fois, il a fait part d'une « situation difficile » mais il veut arracher un accord de sortie de crise entre toutes les parties.

    Lakhdar Brahimi s'est donc entretenu ce lundi avec le président Bachar el-Assad. « Nous

    avons échangé nos vues sur les nombreuses étapes à entreprendre pour l'avenir », a-t-il déclaré à la presse. Il a fait part au président syrien de ses entretiens avec les dirigeants de pays de la région et d'autres pays.

    Car les positions des uns et des autres sont toujours aussi opposées et de moins en moins conciliables. D'un côté, les Américains, les Occidentaux et plusieurs pays de la région appellent ouvertement au départ du président Assad. De l'autre, Moscou reste un soutien de Damas et ne veut rien entreprendre contre son allié.

    Après plus de 21 mois de conflit qui s'est peu à peu transformé en guerre civile meurtrière -plus de 44 000 morts et des milliers de disparus, selon l'OSDH- les chances de Lakhdar Brahimi d'un énième plan de sortie de crise sont vraiment bien minces.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.