GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    En Egypte, malgré l'entrée en vigueur de la Constitution, l'opposition donne toujours de la voix

    media

    La nouvelle Constitution égyptienne a été officiellement adoptée mardi 25 décembre 2012 au soir. La Commission électorale a confirmé les résultats du référendum déjà donnés par la confrérie des Frères musulmans : 64% des électeurs ont dit «oui» au cours d’une votation à laquelle ont participé 33% des inscrits. Pour la commission, les irrégularités du scrutin ont été mineures et la plupart des plaintes infondées. Un verdict qui est loin d’être accepté par l’opposition et les organisations de défense des droits de l’homme.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Les premiers à avoir exprimé leur mécontentement sont les jeunes révolutionnaires. Des dizaines d’entre eux ont brûlé des pneus et paralysé pendant une demi-heure le trafic sur le viaduc reliant la partie est du Caire aux quartiers ouest.

    Des représentants de l’opposition ont indiqué qu’ils contesteront les résultats par tous les moyens légaux. Des ONG de défense des droits de l’homme sont allées encore plus loin en indiquant qu’elles ne reconnaîtront le résultat que quand l’enquête ordonnée par le ministère de la Justice aura présenté ses conclusions.

    Selon le président de la Commission électorale, Samir Abul Al Maati, rien ne prouve qu’il y ait eu des irrégularités dans le scrutin.

    Dans son procès-verbal, la Commission électorale détaille sa décision. En Egypte, les élections se déroulent sous la supervision des magistrats pour être valides. Certains ont assuré que des personnes s'étaient fait passer pour des juges dans certains bureaux de vote. Nous avons vérifié tous les noms et nous n’avons trouvé aucune anomalie ; tous ceux qui ont supervisé l’opération électorale sont bien des magistrats qui dépendent de nos nombreuses institutions judiciaires égyptiennes. Concernant les résultats du référendum, sachez d’abord que 51 millions d’Egyptiens étaient appelés aux urnes. 17 millions ont voté et le pourcentage de ceux qui ont dit «oui» à la Constitution est de 63.8%.
    Samir Abu Al Maati: «Nous avons étudié toutes les plaintes qui ont été déposées. Sans exception, elles ont toutes été rejetées» 11/10/2013 - par Sami Boukhelifa Écouter

    La Constitution est entrée en vigueur

    Toujours est-il que la nouvelle Constitution est déjà entrée en vigueur après la signature d’un décret en ce sens par le président Morsi. Première conséquence, le Conseil consultatif, qui ne disposait d’aucune prérogative, hérite du pouvoir législatif qui était entre les mains du président de la République. Un conseil dominé par les islamistes et dont la première tâche consistera à préparer les élections législatives prévues dans deux mois.

    Pour l'opposition égyptienne, l'objectif est maintenant de remporter les prochaines élections législatives. Mohamed el Baradei, l'un des leaders de l’opposition, s'est exprimé mardi 25 décembre sur la chaîne de télévision France 24 : « La mauvaise nouvelle, c'est que nous allons avoir une Constitution qui est intrinsèquement illégitime. Elle n'est en aucun cas démocratique. La bonne nouvelle, c'est que l'opposition commence à s'unir. La population commence à comprendre que le salut de l'Egypte ne viendra pas de slogans religieux. Donc oui, il y a de mauvaises nouvelles, mais nous espérons que dans les prochains mois, lors des élections parlementaires, l'opposition - c'est-à-dire les libéraux, les chrétiens, tous ceux qui ne font pas partie du projet islamiste -, cette opposition obtiendra la majorité, et l'un de nos principaux projets sera de changer cette honteuse Constitution. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.