Israël : le président Shimon Peres se met la droite à dos après des propos sur le processus de paix - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 18:10 TU Décryptage
  2. 18:30 TU Journal
  3. 18:33 TU Sessions d'information
  4. 18:40 TU Débat du jour
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU Grand reportage
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU Sessions d'information
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU La bande passante
  11. 20:30 TU Journal
  12. 20:33 TU La bande passante
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Couleurs tropicales
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Couleurs tropicales
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Accents d'Europe
  21. 23:30 TU Journal
  22. 23:33 TU Danse des mots
  23. 18:10 TU Décryptage
  24. 18:30 TU Journal
  25. 18:33 TU Sessions d'information
  1. 18:10 TU Grand reportage
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU Décryptage
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU Débat du jour
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU La bande passante
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU La bande passante
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Autour de la question
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Autour de la question
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  19. 23:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Benyamin Netanyahu Israël Mahmoud Abbas Shimon Peres Territoires Palestiniens

Israël : le président Shimon Peres se met la droite à dos après des propos sur le processus de paix

media Shimon Peres, le président israélien, a un rôle purement représentatif. AFP/Giuseppe

A 89 ans, le président israélien continue de susciter la controverse. Il propose maintenant de négocier avec le Hamas si l’organisation accepte les conditions du Quartette. Des propos tenus moins de 24 heures après son appel à la reprise des pourparlers avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

« Il n’y a pas d’autres leaders arabes actuellement qui se disent en faveur de la paix, contre le terrorisme et pour un Etat palestinien démilitarisé », a souligné le président israélien avant d’insister sur le fait qu’il « ne reste plus beaucoup de temps ».

Shimon Peres a critiqué ouvertement la politique du gouvernement Netanyahu et s’en est pris directement au comportement d’Avigdor Lieberman, le ministre des Affaires étrangères démissionnaire.

Le problème c’est qu’en Israël, le rôle du président de l’Etat est purement représentatif. Du coup, les critiques fusent, surtout de l’aile droite de l’éventail politique. Au Likoud, le parti du Premier ministre israélien, on affirme qu’il est particulièrement regrettable que le président ait choisi d’exprimer des opinions politiques personnelles contraires à la position officielle israélienne, qui considère que Mahmoud Abbas refuse de faire la paix.

Le président « rue dans les brancards », écrit un éditorialiste de droite. A gauche, on estime que Shimon Peres ne fait que son devoir de président.

Le plus curieux, c’est qu’il y a trois mois, le président avait tenu les mêmes propos qui étaient alors passés inaperçus. Mais c’était bien sûr avant la campagne électorale.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.