GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 6 Février
Dimanche 7 Février
Lundi 8 Février
Mardi 9 Février
Aujourd'hui
Jeudi 11 Février
Vendredi 12 Février
    Urgent

    Les députés ont voté mardi soir à main levée l'amendement du gouvernement qui inscrit la déchéance de nationalité dans la Constitution sans faire de référence à la binationalité. Avec cet amendement, l'article 2 du projet de révision constitutionnelle prévoit que la Constitution renverra à la loi pour «les conditions dans lesquelles une personne peut être déchue de la nationalité française ou des droits attachés à celle-ci lorsqu'elle est condamnée pour un crime ou un délit constituant une atteinte grave à la vie de la nation».

    Moyen-Orient

    Syrie : la crise perdure et l'année s'achève avec toujours autant de violence

    media

    Le régime syrien se dit prêt à dialoguer, mais il ne transigera pas avec ceux qu'il appelle les groupes terroristes. D'ailleurs, l'année s'est achevée avec toujours autant de violence. Le conflit dure maintenant depuis 21 mois. Plus de 40 000 morts en 2012, et les combats faisaient rage encore le 31 décembre dans tout le pays, et notamment dans les faubourgs de Damas. Bataille stratégique menée depuis quelques semaines. Le point sur la situation militaire et diplomatique.

    L'armée syrienne a envoyé des renforts militaires à Daraya, dans au sud-ouest de Damas. Des unités d'élite de la garde républicaine, appuyés par des chars, tentent de reprendre cette banlieue tombée aux mains des insurgés, depuis plusieurs semaines. Selon des opposants, les combats y sont acharnés. Il y aurait des victimes civiles, même si la plupart des habitants de Daraya ont fui leurs maisons depuis longtemps.

    Dans le reste du pays, l'armée syrienne a poursuivi ses bombardements ce lundi : à Deir Ezzor, dans l'est, à Homs et Hamas dans le centre ou encore à Deraa dans le Sud.

    Sur le plan diplomatique, le régime syrien s'est dit favorable à toute initiative de sortie de crise par le dialogue. Lakhdar Brahimi, l'émissaire international a proposé un plan qui reprend l'essentiel d'une initiative datant d'il y a six mois. L'opposition n'en veut pas car il n'implique pas le départ de Bachar el-Assad.

    En attendant, la liste des victimes du conflit s'allonge. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, une ONG basée à Londres, les violences ont fait 40 000 morts en 2012.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.