Egypte : un journaliste devant la justice militaire - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 18:00 TU Journal
  2. 18:10 TU Ici l'Europe
  3. 18:30 TU Sessions d'information
  4. 19:00 TU Journal
  5. 19:10 TU La bande passante
  6. 19:30 TU Journal
  7. 19:40 TU La bande passante
  8. 20:00 TU Journal
  9. 20:10 TU Couleurs tropicales
  10. 20:30 TU Journal
  11. 20:33 TU Couleurs tropicales
  12. 21:00 TU Journal
  13. 21:10 TU Accents d'Europe
  14. 21:30 TU Journal
  15. 21:33 TU Danse des mots
  16. 22:00 TU Sessions d'information
  17. 22:30 TU Sessions d'information
  18. 23:00 TU Journal
  19. 23:10 TU Autour de la question
  20. 23:30 TU Journal
  21. 23:33 TU Autour de la question
  22. 18:00 TU Journal
  23. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  24. 18:30 TU Journal
  25. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  1. 18:00 TU Journal
  2. 18:10 TU Ici l'Europe
  3. 18:30 TU Sessions d'information
  4. 19:00 TU Journal
  5. 19:10 TU Accents du monde
  6. 19:30 TU Journal
  7. 19:40 TU Débat du jour
  8. 20:00 TU Journal
  9. 20:10 TU Couleurs tropicales
  10. 20:30 TU Journal
  11. 20:33 TU Couleurs tropicales
  12. 21:00 TU Journal
  13. 21:10 TU Radio foot internationale
  14. 21:30 TU Journal
  15. 21:33 TU Radio foot internationale
  16. 22:00 TU Sessions d'information
  17. 22:30 TU Sessions d'information
  18. 23:00 TU Journal
  19. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  20. 23:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Droits de l’homme Egypte EN BREF médias

Egypte : un journaliste devant la justice militaire

media  

En Egypte, Mohamed Sabry, journaliste-blogueur a été arrêté la semaine dernière dans le Sinaï à la frontière avec la bande de Gaza. Il devrait comparaître pour la seconde fois ce mercredi 9 janvier devant le tribunal militaire d'Ismaïliya, après une première audience dimanche. Mohamed Sabry était en train de filmer un sujet sur l'interdiction de l'achat de terre dans les zones frontalières lorsqu'il a été arrêté par des militaires. Amnesty International dénonce la poursuite de ces procès militaires, inscrits dans la nouvelle Constitution, et qui auraient dû, selon l'ONG, être supprimés pour sceller définitivement la fin de l'ère Moubarak.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.