GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 11 Décembre
Lundi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les Egyptiens en colère deux ans après la chute de Moubarak

    media Des manifestantes place Tahrir pour les deux ans de la chute d'Hosni Moubarak, le 25 janvier 2013. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

    Les manifestants sont descendus par milliers dans les rues de plusieurs villes d'Egypte en ce 25 janvier pour commémorer la révolution de janvier 2011, qui a mené à la chute d'Hosni Moubarak. Deux ans après, les slogans sont pourtant très similaires et montrent les espoirs déçus du changement annoncé par le président élu il y a six mois, Mohamed Morsi.

    Avec notre envoyée spéciale au Caire, Véronique Gaymard

    Les manifestations divisent les Cairotes 11/10/2013 - par Véronique Gaymard Écouter

    C’est bien la déception et la colère qu’on perçoit dans ces slogans de la révolution, qui sont les mêmes qu’il y a deux ans : « Du pain, la liberté, la justice sociale et la dignité humaine » et que tous reprennent en cœur. Sur les affiches, on peut lire : « Non aux Frères musulmans », « Nous voulons une nouvelle Constitution » ou encore « Morsi égale Moubarak ».

    Pour ceux qui sont descendus ce vendredi 25 janvier dans les rues, le président, qui a fait passer en force la nouvelle Constitution en décembre, est incompétent et autoritaire. Selon eux, les promesses de la révolution que les Frères musulmans se sont targué de représenter lorsqu’ils ont fait campagne il y a six mois, ne sont pas tenues. Et Mohamed Morsi utilise les mêmes méthodes du régime militaire que la confrérie a contribué à renverser. Pour les manifestants, c’est le président Morsi qui est responsable de la profonde division du pays.

    Au nord du Caire, à Héliopolis, c’est devant le palais présidentiel que des affrontements ont commencé en fin d’après-midi ce vendredi entre manifestants et forces de l’ordre, comme autour du ministère de l’Intérieur, près du centre, où les blessés se comptent par dizaines.

    Des manifestants ont bloqué le Pont du 6 octobre, non loin du bâtiment de la radio et de la télévision publique à Maspero, où des groupes se sont affrontés là aussi aux forces de l’ordre, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes puissants.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    On ignore combien ils sont ni qui ils sont, mais ils font peur aux médias égyptiens. Leur nom : « Black Bloc Egypt ». On les connaissait en Europe et aux Etats-Unis comme un groupe anarchiste et surtout comme grands tacticiens des manifestations de protestation anti-capitaliste et mondialiste. Cagoulés et vêtus de noir, ils étaient un casse tête pour les forces de l’ordre lors des G8 et des sommets économiques. Mercredi soir 22 janvier, les Black Bloc Egypt ont, pour la première fois, revendiqué une attaque. C’était contre les bureaux du site « Ikhwan Online » des Frères musulmans.

    Jeudi, un groupe d’entre eux se rendait place Tahrir pour affirmer qu’ils allaient être partie prenante de la grande manifestation de ce vendredi 25 janvier. Ils menaçaient de s’en prendre au siège du Conseil consultatif qui officie aujourd’hui comme législateur. Ils menaçaient aussi les Frères musulmans de violentes représailles s’ils s’en prenaient aux révolutionnaires. Vantardise ou vraies menaces ? Difficile de le dire pour l’instant. 

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.