Egypte: violences meurtrières à Port-Saïd - Afrique - RFI

 

  1. 07:40 TU Grand reportage
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Priorité santé
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Priorité santé
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:15 TU Sessions d'information
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Sessions d'information
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Sessions d'information
  20. 12:30 TU Journal
  21. 12:33 TU Sessions d'information
  22. 12:40 TU Grand reportage
  23. 13:00 TU Journal
  24. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  25. 13:30 TU Journal
  1. 07:30 TU Sessions d'information
  2. 08:00 TU Journal
  3. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  4. 08:30 TU Journal
  5. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  6. 09:00 TU Journal
  7. 09:10 TU Priorité santé
  8. 09:30 TU Journal
  9. 09:33 TU Priorité santé
  10. 10:00 TU Journal
  11. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  12. 10:30 TU Journal
  13. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  14. 11:00 TU Journal
  15. 11:15 TU Sessions d'information
  16. 11:30 TU Journal
  17. 11:33 TU Sessions d'information
  18. 12:00 TU Journal
  19. 12:10 TU Grand reportage
  20. 12:30 TU Sessions d'information
  21. 13:00 TU Journal
  22. 13:10 TU Sessions d'information
  23. 13:30 TU Journal
  24. 13:33 TU Danse des mots
  25. 14:00 TU Journal
fermer

Afrique

Egypte Mohamed Morsi

Egypte: violences meurtrières à Port-Saïd

media

La situation dégénère ce samedi 26 janvier en Egypte. La justice a condamné 21 personnes à la peine capitale pour leur responsabilité présumée dans la mort de 74 personnes après un match de football en février 2012. A l'annonce de ce verdict très attendu, des heurts ont éclaté à Port-Saïd. Un bilan provisoire fait état d'au moins 32 personnes tuées. L'armée s'est déployée. Vendredi, l'anniversaire du soulèvement populaire de 2011 avait également viré au drame (article actualisé régulièrement).

Un verdict au Caire qui condamne 21 personnes à mort. Puis un déferlement de violences à Port-Saïd, au cours desquelles 32 personnes au moins ont été tuées et au moins 312 autres blessées, selon un bilan du ministère de la Santé. Pour la deuxième journée consécutive, l'Egypte est donc plongée dans des heurts meurtriers.

L'armée déployée

Tant au Caire, par les familles de victimes, qu'à Port-Saïd, par les proches des accusés, l'issue de ce procès était particulièrement attendue. Et le verdict ne fait pas dans la demi-mesure : le tribunal du Caire a condamné 21 des 75 accusés à la peine capitale.

Réaction immédiate à Port-Saïd, désormais en situation insurrectionnelle : des centaines

de personnes ont attaqué la prison où sont incarcérés les condamnés pour les libérer de force. Un assaut qui a tourné à la bataille rangée avec usage d’armes automatiques. Deux policiers ont alors été tués. Ces accrochages se sont amplifiés avec l’attaque de postes de police, de tribunaux et de bâtiments publics.

L’armée égyptienne a annoncé le déploiement de troupes et de blindés à Port-Saïd pour sécuriser les édifices vitaux ainsi que l’entrée du Canal de Suez.

Au Caire, où s'est tenu le procès, l'ambiance est toute autre. En milieu de matinée, à l'annonce du verdict, les familles de victimes ont laissé éclater leur joie. Des mères étaient en pleurs à l’intérieur de la salle du tribunal, dans le quartier de « Nouveau Caire », au nord-est de la capitale. Les supporteurs se sont mis à danser et chanter devant l’académie de police ultra-sécurisée où s’était tenu le procès Hosni Moubarak, et où a eu lieu le procès contre les auteurs des violences du stade de Port-Saïd.

Devant le club al-Ahly à Zamalek, l’ambiance est à la fête (…). Je suis la mère du martyr Ahmed el-Chouragui, on est contents de ce jugement, c’est un jugement juste.'
Reportage au Caire, devant le club al-Ahly 11/10/2013 - par Véronique Gaymard écouter

L'ultime décision au grand mufti

Le 1er février 2012, lors d’un match entre le grand club cairote al-Ahly et celui d’une équipe de Port-Saïd, al-Masry, des affrontements très violents avaient duré des heures. La police avait elle aussi été mise en cause et 75 personnes ont été inculpées au total. Les centaines de milliers de fans du club, les « Ultras » d'al-Ahly, exigeaient depuis plusieurs mois un verdict exemplaire. Pas d’impunité pour leurs camarades tués ou blessés, disaient-ils.

Les émeutes de ce samedi s’expliquent par le fait que c’est toute la ville qui se sent injustement condamnée par un jugement qualifié de « politique ». Une sentence visant à éviter la colère des partisans du club cairote d’al-Ahly. Le club le plus populaire d’Egypte dispose de légions d’Ultras dont la colère aurait été encore plus dévastatrice que celle des supporters de Port-Saïd. Une colère à éviter au lendemain des manifestations de l’opposition réclamant le départ du président Frère musulman Mohamed Morsi.

Depuis plusieurs jours, les supporteurs du club cairote d’al-Ahly multipliaient donc les actions spectaculaires en bloquant la circulation au Caire. Leur objectif était de mettre la pression sur les juges, afin que ce verdict soit effectivement rendu ce samedi.

Lorsqu’elle est prononcée, la peine capitale en Egypte peut être commuée en prison à vie par le mufti. On ne connaît pas encore la date de cette décision. En attendant, les cas des neuf policiers inculpés et des autres accusés sont reportés jusqu’au 9 mars.

Anniversaire meurtrier

Vendredi, de nombreuses manifestations à l'occasion des deux ans de la «révolution du Nil» avaient déjà viré à la bataille rangée avec les forces armées. Le bilan de la journée de vendredi est de sept morts, dont six personnes tuées à Suez dans des circonstances qui restent à éclaircir. Envrion 450 autres ont été blessées.

Les affrontements se sont poursuivis durant la nuit du vendredi au samedi au Caire, notamment aux abords du ministère de l’Intérieur. Jusqu’à quatre heures du matin, les manifestants se sont mesurés aux forces de l'ordre, sur la corniche, à Maspero, près du bâtiment de la radio et télévision publiques bien gardé par des militaires.

Les forces anti-émeutes ont commencé dès la fin de l’après-midi à tirer des bombes lacrymogènes puissantes pour disperser des groupes de manifestants venus leur faire face. Mais ceux-ci, déjà aguerris après plusieurs dizaines de manifestations depuis janvier 2011 continuaient de ramasser des canettes de gaz et de les relancer sur les policiers.


Hussein Gawhar Parti social-démocrate 11/10/2013 - par RFI écouter

Le Front du salut national, principale coalition de l’opposition égyptienne, menace de boycotter les prochaines élections législatives. Le FSN exige également la création d’un gouvernement d’union nationale. Selon Hussein Gawhar, du Parti social-démocrate égyptien, face au cuisant échec du gouvernement des Frères musulmans, il fallait prendre une telle décision pour en finir avec la crise politique.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.