GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Juin
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Aujourd'hui
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Conférence de Paris: l'opposition syrienne en quête d'armes et de dollars

    media

    La Coalition nationale syrienne réunie ce lundi à Paris réclame une aide de 500 millions de dollars et des armes. La situation est urgente, selon Riad Seif, son vice-président, qui explique que sans moyens, il est impossible de former un gouvernement de transition. Pourtant, en décembre dernier, près de 150 millions de dollars avaient été promis lors de la conférence des Amis du peuple syrien à Marrakech.

    Un mois et demi après la réunion de Marrakech, très peu de promesses ont été honorées. Sur les 150 millions de dollars d’aide annoncés, seuls 400 000 ont été accordés à l’opposition pour le moment.

    Nous ne disposons pas de ressources suffisantes qui puissent nous permettre d'accomplir nos devoirs en tant que gouvernement
    Riad Seif Vice-président de la Coalition nationale syrienne 11/10/2013 Écouter

    Insuffisant, regrette le vice-président de la Coalition, Riad Seif. Selon lui, il faudrait des milliards de dollars pour pouvoir mettre sur pied un gouvernement de transition.

    Au cours de la réunion de soutien international qui s'est tenue ce lundi 28 janvier à Paris, la Coalition a demandé une aide financière de 500 millions de dollars.

    Pour l’opposition, pas question non plus d’avoir un siège à l’étranger. Le futur gouvernement sera à l’intérieur de la Syrie, en territoire libéré.

    On ne peut pas comparer le gouvernement du Mali avec celui de la Syrie
    Laurent Fabius Ministre français des Affaires étrangères 11/10/2013 Écouter

    Une volonté qui doit être accompagnée par des livraisons d’armes, seul moyen, précise la Coalition, pour se défendre contre les avions de Bachar el-Assad.

    Mais cette question reste toujours suspendue à l’embargo européen sur les armes, qui sera réexaminé dans un mois à Bruxelles. Sa levée totale ou partielle devra être votée à l’unanimité.

    Les craintes qui entourent ce dossier sensible sont bien fondées. Le risque serait de voir ces armes aux mains de groupes radicaux, à l’image du Front al-Nosra, qui monte de plus en plus en puissance en Syrie.

    En Syrie, les forces fidèles à Bachar el-Assad ont affronté, dans de violents combats, les rebelles syriens, dans la banlieue de Damas, ce lundi 28 janvier. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte quant à lui que les rebelles ont lancé une vaste offensive dans la ville de Deir Ezzor, à l'est du pays. Les insurgés auraient pris le contrôle d'un barrage de l'armée et mis la main sur un stock d'armes et de munitions.

    Bassma Kodmani, politologue, directrice de l'initiative arabe de réforme (ARI) et cofondatrice du Conseil national syrien (qu'elle quitte en août 2012) est l'invitée matin de Frédéric Rivière sur RFI, ce mardi 29 janvier 2013 à 8h20 (heure de Paris).

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.