A Berlin, Mohamed Morsi et Angela Merkel se disent tout - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU Musiques du monde
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:33 TU Musiques du monde
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU Musiques du monde
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU Musiques du monde
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Si loin si proche
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Si loin si proche
  14. 22:00 TU Journal
  15. 22:10 TU Archives d'Afrique
  16. 22:30 TU Journal
  17. 22:40 TU Archives d'Afrique
  18. 23:00 TU Journal
  19. 23:10 TU Atelier des médias
  20. 23:30 TU Journal
  21. 23:33 TU Atelier des médias
  22. 18:40 TU Littérature sans frontières
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU GEOPOLITIQUE D 1
  25. 19:30 TU Journal
  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Orient hebdo
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Le club RFI
  9. 22:00 TU Journal
  10. 22:10 TU Archives d'Afrique
  11. 22:30 TU Journal
  12. 22:40 TU Archives d'Afrique
  13. 23:00 TU Journal
  14. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  15. 23:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Allemagne Angela Merkel Commerce et Echanges Egypte Mohamed Morsi

A Berlin, Mohamed Morsi et Angela Merkel se disent tout

media La chancelière allemande Angela Merkel (g) et le président égyptien Mohamed Morsi, le 30 janvier 2013 à Berlin. REUTERS/Fabrizio Bensch

Le président égyptien Mohamed Morsi était en visite à Berlin, ce mercredi 30 janvier 2013, alors qu’au Caire de nouveaux affrontements sur la place Tahrir ont fait deux morts le jour même. Le président Morsi a écourté sa visite en Allemagne en raison de ces violences. Une visite destinée à redorer le blason de son pays.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Le ton était aimable. Angela Merkel a évoqué la voix importante et la contribution de l'Egypte au Moyen-Orient. Mais la chancelière allemande n'a pas hésité à évoquer la politique intérieure de Mohamed Morsi. Elle a réclamé qu'un dialogue avec l'opposition ait lieu, et que les droits de l'homme soient respectés, tout comme la liberté religieuse.

L'intéressé s'est voulu conciliant. Mohamed Morsi a promis de faire de son pays un « Etat de droit » où les militaires et les religieux n'auraient pas le dernier mot.

Mais si le chef de l'etat égyptien voulait profiter de sa visite à Berlin pour rassurer, il entendait aussi, fort d'une importante délégation économique, repartir avec des promesses sonnantes et trébuchantes.

Angela Merkel a poliment rappelé que certaines conditions préalables devaient d'abord être réunies : « Plus la stabilité règnera en Egypte, plus il sera facile pour des entreprises allemandes d'investir en Egypte. Il est donc important que les incertitudes actuelles disparaissent. »

Quant aux efforts financiers du gouvernement allemand, ils sont liés pour Berlin à la situation politique sur place et à la mise en œuvre des promesses du président Morsi. L'effacement partiel de la dette égyptienne par l'Allemagne, soit 250 millions d'euros, reste en attendant bloqué.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.