GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Conférence des donateurs: plus d’1,5 milliard de dollars pour le peuple syrien

    media

    Objectif atteint pour la Conférence des donateurs pour la Syrie. Les 60 pays réunis au Koweït, ce mercredi 30 janvier 2013, ont promis de verser plus d’1,5 milliard de dollars d’aide humanitaire au peuple syrien. C’est ce qu’avait réclamé le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, dont l’organisation parrainait cette conférence.

    Ce sont les riches pays du Golfe qui ont le plus mis la main à la poche. Le Koweït, pays hôte de la conférence, l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis se sont engagés à verser, chacun, une aide humanitaire de 300 millions de dollars. Appelant à un règlement du conflit, l’émir du Koweït, le cheikh Sabah Al Ahmed, a demandé aux membres du Conseil de sécurité de l’ONU de « prendre en compte les souffrances quotidiennes du peuple syrien et les malheurs qui frappent ses déplacés et ses refugiés ».

    Quatre millions de Syriens déplacés à l’intérieur du pays ont besoin d’une aide d’urgence. Près d’un million aurait trouvé refuge dans les pays voisins, selon Antonio Guterres, le Haut commissaire de l’ONU pour les réfugiés. Lors de son discours d’ouverture, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon avait prévenu que si les fonds nécessaires n’étaient pas réunis, un « plus grand nombre de Syriens mourront ».

    En dehors des 900 millions promis par les pays du Golfe, la Commission européenne a annoncé une aide de 100 millions d’euros. Les Etats-Unis ont promis, pour leur part, une enveloppe supplémentaire de 155 millions de dollars en faveur des réfugiés, ce qui porte à 365 millions de dollars l'aide humanitaire américaine aux Syriens.

    Polémique autour de l’acheminement de l’aide

    Même si l’aide promise est bien débloquée, se pose le problème de l’acheminement. La responsable des affaires humanitaires de l’ONU Valérie Amos a assuré aux journalistes, en marge de la conférence, que l’aide aux civils était distribuée équitablement. Selon elle, « environ 48% de l’aide humanitaire va aux zones tenues par l’opposition ». Valérie Amos répondait aux nombreuses critiques selon lesquelles l’aide parvient surtout aux zones contrôlées par le gouvernement syrien. Cela est dû au fait que le Croissant-Rouge syrien est « le seul organisme habilité par le gouvernement à distribuer in fine l’assistance », a déploré l’ONG Médecins sans Frontières.

    Mais l’ONG n’est pas la seule à critiquer la distribution de l’aide par l’ONU. Koert Debeuf, le représentant au Moyen-Orient du groupe libéral du Parlement européen, a pu se rendre la semaine dernière au nord d'Alep. « J’ai constaté que cette aide qui passe par le Croissant-Rouge syrien ne vient pas jusqu’à Alep, a-t-il confié à RFI. Il faut arrêter cela. Il faut donner directement de l’aide aux gens dans les zones libérées car la situation est devenue totalement absurde et évidemment catastrophique ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.