GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: l'étonnante main tendue du chef de l'opposition au régime

    media Moaz al-Khatib, le 25 juillet 2012 au Caire. REUTERS/Asmaa Waguih

    L’opposition syrienne est divisée. Le président de la Coalition Ahmad Moaz al-Khatib s'est dit prêt à négocier une solution politique avec le régime. Mais sa déclaration, publiée sur Internet, est jugée surprenante. Elle suscite beaucoup de mécontentements dans ses propres rangs. Pour rappel, la Coalition considère le « non dialogue » avec Damas comme l’un de ses principes.

    Bref et précis. Le président de la Coalition nationale syrienne a publié une dizaine de lignes sur sa page Facebook, où il explique n’avoir aucune confiance dans le régime syrien, mais se dit prêt à dialoguer. Son objectif : faire cesser les massacres dans le pays.

    L'initiative divise l’opposition. Ali al-Bayanouni, membre de la Coalition nationale syrienne, explique pourquoi.

    « Il y a consensus au sein de la Coalition, rappelle-t-il. Nous avons toujours été d’accord pour ne pas négocier avec ces criminels qui ont détruit le pays et tué des dizaines de milliers de Syriens. Après la chute du régime, nous dialoguerons avec ceux qui n’ont pas de sang sur les mains. C’est la position globale du Conseil national et de la Coalition syrienne. »

    Moaz al-Khatib face à des responsables syriens ? Cette rencontre ne se fera pas sans conditions. Le président de la Coalition exige notamment la libération de 160 000 détenus. Mais pour Ali al-Bayanouni, il est tout simplement impossible que cette demande aboutisse.

    Il considère que « le régime ne stoppera pas les violences et ne libèrera pas les prisonniers. Il y a eu des initiatives similaires mais ce régime n’a pas tenu ses promesses. Cette nouvelle tentative est une initiative personnelle de Moaz al-Khatib. »

    Une initiative personnelle ? Moaz al-Khatib l’a en effet bien précisé. Mais elle suscite toutefois de vives réactions. Le Conseil national syrien (CNS) précise qu’elle ne reflète en rien la position de la Coalition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.