GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Aujourd'hui
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Cinéma: un réalisateur palestinien nommé aux Oscars retenu aux douanes américaines

    media Les réalisateurs Emad Burnat (à droite) et Guy David (à gauche), le 20 février à Beverly Hills. REUTERS/Jonathan Alcorn

    Emad Burnat est nommé dans la catégorie du meilleur long métrage documentaire pour son film « 5 caméras brisées », qu'il a réalisé sur une période de cinq ans dans le village de Bil'in. Ce cueilleur d'olives avait reçu en 2005 une caméra comme cadeau pour la naissance de son quatrième enfant, la première caméra qu'il a utilisée pour filmer la résistance à l'expropriation de Palestiniens pour la construction du mur de séparation. A son arrivée à l'aéroport de Los Angeles, le réalisateur palestinien a été interrogé par les douaniers sur les raisons de son voyage aux Etats-Unis.

    Emad Burnat est arrivé mardi 19 février à Los Angeles avec sa femme et son fils de huit ans. Dès leur arrivée, les services de l'immigration les placent dans une grande pièce avec d'autres étrangers et interrogent le réalisateur pendant une heure. « Les douaniers voulaient la preuve que j'étais nommé aux Oscars et ils m'ont dit que si je ne pouvais pas justifier mon voyage, nous serions ma famille et moi renvoyés en Turquie le jour même , a expliqué Emad Burnat. Je suis le premier Palestinien à être nommé aux Oscars pour un documentaire », a-t-il souligné.

    « Le fait de retenir une personne nommée aux Oscars et de l'interroger, c'est anormal », a réagi le réalisateur, qui dit avoir ressenti la même suspicion qu'aux check-points israéliens. « Les Palestiniens vivent cela de façon quotidienne en Cisjordanie », insiste-t-il. « J'ai ressenti la même chose lorsque j'ai été interrogé à Los Angeles parce que je suis palestinien, j'ai un passeport palestinien, donc il n'y a pas de respect pour moi et pour mon passeport », a-t-il déclaré.

    Le réalisateur Michael Moore qui l'attendait à un dîner a été alerté par un message d'Emad Burnat. Michael Moore est intervenu personnellement et n'a pas hésité à tweeter l'information. Emad Burnat et sa famille ont pu rejoindre Los Angeles, le réalisateur palestinien sera donc bien présent lors de la cérémonie ce dimanche 24 février.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.