GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Relations germano-turques : «Ich liebe dich, aber...»

    media

    Angela Merkel entame ce dimanche 24 février dans la soirée une importante visite officielle de deux jours en Turquie. L'état des négociations en cours avec l'Union européenne en vue d'une adhésion turque sera au centre des discussions. L'occasion de revenir sur des relations bilatérales complexes entre les deux pays.

    Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux

    Première étape du voyage officiel d’Angela Merkel, ce dimanche 24 février dans la soirée : le sud de la Turquie, à cinq minutes de Damas à la vitesse d’un obus. Là où sont stationnés les 300 soldats que l’Allemagne a mis à la disposition de l’Otan pour protéger la frontière turco-syrienne.

    L’Allemagne entretient avec la Turquie des relations ambigües. Trois millions de Turcs vivent en Allemagne, les échanges commerciaux sont importants entre les deux pays, mais 60% des Allemands sont opposés à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Angela Merkel figure à titre personnel à la pointe du mouvement turco-sceptique dans le pays.

    Pourtant, la chancelière est consciente de l’enjeu des discussions. Poussée par l’évolution de la position française depuis le départ de Nicolas Sarkozy, Angela Merkel s’est déclarée samedi 23 février favorable à l’ouverture d’un noveau chapitre dans les négociations turco-européennes.

    Le partenaire libéral d’Angela Merkel au sein du gouvernement pousse tout particulièrement à l’avancée des négociations. « Si nous n’y prêtons pas attention, l’heure va venir où l’Europe sera plus intéressée par la Turquie, que la Turquie par l’Europe », estime le ministre libéral des Affaires étrangères Guido Westerwelle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.