GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Janvier
Vendredi 20 Janvier
Samedi 21 Janvier
Dimanche 22 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 24 Janvier
Mercredi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Une centaine de vols annulés ce lundi à l'aéroport londonien d'Heathrow en raison d'un brouillard dense et épais
    • Les rebelles syriens indiquent qu'ils «continueront le combat» si les négociations d'Astana échouent (porte-parole)
    • Martine Aubry et ses proches voteront pour Benoît Hamon au second tour de la primaire à gauche (communiqué)
    • François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, ce lundi à Berlin, pour «renforcer la relation franco-allemande»
    • Primaire à gauche: plus de 1,6 million de bulletins de vote comptabilisés à 11h, ce lundi 23 janvier (Haute autorité)
    • Cinq soldats égyptiens tués dans la péninsule du Sinaï le dimanche 22 janvier par des «éléments fondamentalistes» (armée)
    Moyen-Orient

    John Kerry appelle l'Egypte au «dialogue» et au «compromis»

    media

    Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a rencontré samedi 2 mars le Premier ministre égyptien, le chef de la diplomatie, ainsi que des hommes d’affaires. John Kerry a aussi eu une réunion avec des opposants égyptiens issus de petits partis. Il a dû se contenter d’un bref tête à tête avec Amr Moussa et d’une communication téléphonique avec Mohamed el-Baradei du Front du salut national réunissant les principales forces d’opposition laïques.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    John Kerry n’est pas parvenu à surmonter la méfiance sinon l’hostilité de l’opposition. Il a pourtant affirmé être venu « en ami du peuple égyptien et non en allié d’une personne, d’un parti ou d’une idéologie ». « Nous ne sommes pas ici pour nous ingérer ni pour mettre la pression sur l’un ou sur l’autre », a déclaré le secrétaire d’Etat dans une conférence de presse.

    Cela n’a pas empêché John Kerry de proposer le remède américain à la crise politique égyptienne : « Les diverses factions doivent entamer un dialogue et faire des compromis ». Il a implicitement critiqué le boycott des législatives par l’opposition en affirmant que « la protestation pacifique est une forme d’action démocratique mais pas la seule ».

    Le secrétaire d'Etat américain a aussi salué le gouvernement où les Frères musulmans occupent les postes clé pour avoir accepté des observateurs internationaux aux élections. Il a enfin rendu hommage à la nouvelle Constitution dont l’abrogation est une revendication essentielle de l’opposition.

    Dimanche John Kerry doit être reçu par les deux personnages les plus importants d’Egypte, le président Mohamed Morsi et le ministre de la Défense, le général Abdel Fattah el-Sissi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.