John Kerry appelle l'Egypte au «dialogue» et au «compromis» - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 18:00 TU Journal
  2. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  3. 18:30 TU Journal
  4. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU Musiques du monde
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:33 TU Musiques du monde
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU Les Concerts de RFI
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Si loin si proche
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Si loin si proche
  15. 22:00 TU Journal
  16. 22:10 TU Archives d'Afrique
  17. 22:30 TU Journal
  18. 22:40 TU Archives d'Afrique
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Atelier des médias
  21. 23:30 TU Journal
  22. 23:33 TU Atelier des médias
  23. 18:00 TU Journal
  24. 18:10 TU GEOPOLITIQUE 1 D
  25. 18:30 TU Journal
  1. 18:00 TU Journal
  2. 18:10 TU Archives d'Afrique
  3. 18:30 TU Journal
  4. 18:40 TU Archives d'Afrique
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU LA DANSE DES MOTS 2
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU Les Concerts de RFI
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Orient hebdo
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU L'épopée des musiques noires
  15. 22:00 TU Journal
  16. 22:10 TU Archives d'Afrique
  17. 22:30 TU Journal
  18. 22:40 TU Archives d'Afrique
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  21. 23:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Egypte John Kerry Mohamed Morsi

John Kerry appelle l'Egypte au «dialogue» et au «compromis»

media

Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a rencontré samedi 2 mars le Premier ministre égyptien, le chef de la diplomatie, ainsi que des hommes d’affaires. John Kerry a aussi eu une réunion avec des opposants égyptiens issus de petits partis. Il a dû se contenter d’un bref tête à tête avec Amr Moussa et d’une communication téléphonique avec Mohamed el-Baradei du Front du salut national réunissant les principales forces d’opposition laïques.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

John Kerry n’est pas parvenu à surmonter la méfiance sinon l’hostilité de l’opposition. Il a pourtant affirmé être venu « en ami du peuple égyptien et non en allié d’une personne, d’un parti ou d’une idéologie ». « Nous ne sommes pas ici pour nous ingérer ni pour mettre la pression sur l’un ou sur l’autre », a déclaré le secrétaire d’Etat dans une conférence de presse.

Cela n’a pas empêché John Kerry de proposer le remède américain à la crise politique égyptienne : « Les diverses factions doivent entamer un dialogue et faire des compromis ». Il a implicitement critiqué le boycott des législatives par l’opposition en affirmant que « la protestation pacifique est une forme d’action démocratique mais pas la seule ».

Le secrétaire d'Etat américain a aussi salué le gouvernement où les Frères musulmans occupent les postes clé pour avoir accepté des observateurs internationaux aux élections. Il a enfin rendu hommage à la nouvelle Constitution dont l’abrogation est une revendication essentielle de l’opposition.

Dimanche John Kerry doit être reçu par les deux personnages les plus importants d’Egypte, le président Mohamed Morsi et le ministre de la Défense, le général Abdel Fattah el-Sissi.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.