Vives tensions politiques en Libye - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 22:00 TU Sessions d'information
  2. 22:30 TU Sessions d'information
  3. 23:00 TU Journal
  4. 23:10 TU Accents d'Europe
  5. 23:30 TU Journal
  6. 23:33 TU Danse des mots
  7. 22:00 TU Sessions d'information
  8. 22:30 TU Sessions d'information
  9. 23:00 TU Journal
  10. 23:10 TU Ici l'Europe
  11. 23:30 TU Journal
  1. 22:00 TU Sessions d'information
  2. 22:30 TU Sessions d'information
  3. 23:00 TU Journal
  4. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  5. 23:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Libye Mouammar Kadhafi

Vives tensions politiques en Libye

media

Ce mardi 5 mars, des hommes armés ont fait irruption en pleine réunion du Congrès général national et l’un d'entre eux est allé jusqu’à pointer son arme sur le président de l’Assemblée, Mohamed al-Megaryef. Cela faisait plusieurs semaines que la tension montait autour de la plus haute instance politique de Libye. En cause, une loi en débat, celle de l’exclusion politique qui éloigne de la vie politique toute personne ayant occupé une charge publique ou administrative importante sous le régime Kadhafi.

Le moins que l'on puisse dire, c’est que cette loi sur le bannissement politique des anciens collaborateurs du régime déchu divise les Libyens et le Parlement. Les partisans du texte au sein du Congrès, surtout des islamistes, disent vouloir défendre les objectifs de la révolution.

Parmi les opposants du texte figurent ceux qu’on appelle les libéraux, soutien de Mahmoud Jibril dont la formation politique est arrivée en tête des élections de 2012. Eux estiment que la loi vise directement à freiner les ambitions politiques de leur poulain qui était responsable des réformes économiques sous Mouammar Kadhafi.

Pression inadmissible

Le Premier ministre, Ali Zeidan, a dénoncé la pression inadmissible exercée sur les membres du Congrès. Ils ont dû en effet changer trois fois de lieu de réunion depuis janvier en raison d’assauts répétés d’anciens révolutionnaires. Il y a trois jours, ce seraient des brigades d’obédience islamiste qui auraient attaqué le Parlement et son président, Mohamed al-Megaryef, pour imposer un vote immédiat de la loi.

Après la soirée de mardi 5 mars, le président de la Commission chargée de rédiger la loi a décidé de démissionner. Les discussions ont été reportées à la semaine prochaine mais on ne sait pas encore où les parlementaires se réuniront.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.