GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Les casques bleus capturés en Syrie sont en Jordanie

    media Un membre de la brigade al-Yarmouk devant un véhicule de l’ONU, à Jamla, en Syrie, près du Golan. Le groupe a revendiqué l’enlèvement des observateurs de l’ONU, le 6 mars dernier. REUTERS/Social Media Website

    Les 21 observateurs philippins de l'ONU capturés mercredi par des rebelles dans un village du sud de la Syrie sont arrivés libres ce samedi 9 mars dans l'après-midi en Jordanie. «Ils sont maintenant sur le sol jordanien», a déclaré le porte-parole du gouvernement, Samih Maaytah. L'ambassadeur des Philippines à Amman, Olivia V. Palala, a confirmé cette information.

    À New York, l'ONU avait indiqué que « des arrangements avaient été conclus avec toutes les parties pour libérer les observateurs ». Le patron des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, avait précisé que les casques bleus étaient « apparemment sains et saufs ».

    La libération des observateurs a également été confirmée par le porte-parole du gouvernement jordanien, Samih Maayatah, qui a assuré que la Jordanie veillerait à leur sécurité et seraient remis rapidement aux autorités de l'ONU.

    Qui détenait [les observateurs de l'ONU] avant leur arrivée en Jordanie ? Qui nous les a remis ? Je ne saurais vous le dire, cela ne concerne pas la Jordanie.

    Samih Maayatah

    Porte-parole du gouvernement jordanien

    09/03/2013 Écouter

    Une première tentative de sortir les observateurs de Jamla avait échoué vendredi en raison d'un bombardement mené par l'armée syrienne sur un secteur proche, contraignant un convoi de l'ONU qui devait les évacuer à faire marche arrière.

    Mais le régime a ensuite donné son accord pour une trêve en vue d'une évacuation des 21 observateurs de la Force de l'observation du désengagement sur le Golan (FNUOD) chargée depuis 1974 de faire respecter un cessez-le-feu entre Israël et la Syrie. Le Golan est occupé en grande partie par Israël.

    Le groupe rebelle «la Brigade des martyrs de Yarmouk» avait revendiqué la capture des observateurs mercredi. Les ravisseurs, qui avaient initialement réclamé un retrait de l'armée syrienne de la région, avaient ensuite demandé l'arrêt des bombardements pour permettre la libération des casques bleus. Il s'agissait du premier enlèvement de ce genre depuis le début du conflit en Syrie il y a près de deux ans.

    L’ONU confrontée à un enlèvement inédit dans le cadre syrien

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    Cette prise d’otage est un sérieux avertissement pour l’ONU. C’est la première fois que des casques bleus sont capturés en Syrie. Mais les incidents sont de plus de plus nombreux : véhicules pris pour cible, intimidations et tirs de mortiers à proximité des positions de l’ONU se multiplient.

    Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon s’est félicité de la libération des vingt-et-un casques bleus philippins et a demandé de respecter l’impartialité de leur mission. Car cette zone de démarcation dans le Golan entre la Syrie et Israël n’échappe plus au conflit : les rebelles l’utilisent comme base arrière, et l’armée syrienne tente de le déloger.

    Inquiétudes sur de possibles représailles

    Les ravisseurs demandaient le retrait de l’armée syrienne du plateau du Golan et l’arrêt des bombardements sur le village de Jamlah. Rien n’indique qu’ils ont obtenu satisfaction. Le patron des opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, s’est inquiété de possibles représailles de l’armée syrienne contre ce village, une fois les casques bleus partis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.