GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 8 Novembre
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Homs, les rebelles syriens à l'assaut de Baba Amr

    media

    Les rebelles ont lancé ce dimanche 10 mars un assaut contre leur ancien bastion, le quartier Baba Amr dans la ville de Homs. Il y a un an, presque jour pour jour, l’armée du régime reprenait Baba Amr à la suite de lourds bombardements, qui avaient fait des centaines de morts. L’Observatoire syrien des droits de l’homme fait part de très violents combats dans le quartier. L’aviation syrienne a bombardé la zone dans l’après-midi, quelques heures après l’assaut lancé par les rebelles.

    Les rebelles auraient pris les soldats du régime par surprise. « Les révolutionnaires se sont infiltrés dans la nuit à Baba Amr. Les barrages de l’armée ont à peine eu le temps de comprendre ce qui se passait », a assuré Omar, un militant en contact avec les combattants sur place, contacté par l’AFP.

    L’effet de surprise a pu opérer car l’armée étaient tellement persuadée que Baba Amr se trouvait totalement sous son contrôle qu’elle y avait allégé sa présence, pour se concentrer notamment sur deux autres quartiers : Khaldiyé et le Vieux Homs. Les rebelles en ont profité, a expliqué Rami Abdel Rahmane, le président de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, basé à Londres.

    Signe de l’importance de ce quartier, le président Bachar el-Assad s’y était rendu en personne pour annoncer un retour à la normale dans le secteur après sa reprise par l’armée le 1er mars 2012. La ville de Homs, que les rebelles ont baptisée «la capitale de la révolution», est aujourd’hui contrôlée à 80% par l’armée du régime.

    Deux journalistes étrangers, l’Américaine Marie Colvin et le photographe français Rémi Ochlik, y avaient été tués le 22 février, alors qu’ils se trouvaient dans un centre de presse de militants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.