GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Avril
Jeudi 28 Avril
Vendredi 29 Avril
Samedi 30 Avril
Aujourd'hui
Lundi 2 Mai
Mardi 3 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Air France-KLM confirme la nomination de Jean-Marc Janaillac au poste de PDG
    • Un navire de croisière quitte les Etats-Unis pour Cuba, une première en 50 ans
    Moyen-Orient

    Situation très tendue en Egypte, la police en grève

    media

    En Egypte, de violents accrochages entre policiers et manifestants se sont poursuivis dans la nuit du dimanche 10 mars au lundi aux abords de la place Tahrir. Un des signes du désordre croissant qui frappe l’Egypte et qui semble de plus en plus incontrôlable puisque même la police commence à baisser les bras est que le Procureur général appelle « les honnêtes citoyens à arrêter les voyous ».
     

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Y a-t-il un pilote dans l’avion ? C’est la question que se posent de plus en plus d’Egyptiens. Dimanche 10 mars, la circulation au Caire a frisé la mort clinique à cause de la grève des chauffeurs de minibus protestant contre la pénurie de carburant. Ils en ont assez de passer des heures pour faire le plein. Résultat, des millions de Cairotes ont passé des heures à chercher des moyens de transport ou sont restés bloqués dans les bouchons.

    Par ailleurs, des agents de la circulation ont rejoint la grève d’une partie de la police qui réclame le limogeage du ministre de l’Intérieur. Samedi les Egyptiens ébahis ont vu sur leurs télévisions des images de jeunes pillant la Fédération de football avant d’y mettre le feu. Les six coupes d’Afrique des Nations remportées par l’Egypte ont ainsi disparu.

    Dans ces conditions les Egyptiens attendaient une intervention du président de la République. La télévision d'Etat a même annoncé, avant de démentir. Le seul responsable vu sur les télés était le commandant de la deuxième armée qui calmait la colère des habitants de Port-Saïd.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.