Situation très tendue en Egypte, la police en grève - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 07:00 TU Journal
  2. 07:15 TU Sessions d'information
  3. 07:30 TU Journal
  4. 07:43 TU Sessions d'information
  5. 08:00 TU Journal
  6. 08:10 TU Religions du monde
  7. 08:30 TU Journal
  8. 08:33 TU Religions du monde
  9. 09:00 TU Journal
  10. 09:10 TU La marche du monde
  11. 09:30 TU Journal
  12. 09:33 TU La marche du monde
  13. 10:00 TU Journal
  14. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  15. 10:30 TU Journal
  16. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  17. 11:00 TU Journal
  18. 11:10 TU Internationales
  19. 11:30 TU Journal
  20. 11:32 TU Internationales
  21. 12:00 TU Journal
  22. 12:10 TU Sessions d'information
  23. 12:30 TU Journal
  24. 12:33 TU Sessions d'information
  25. 12:40 TU Littérature sans frontières
  1. 07:00 TU Journal
  2. 07:15 TU Sessions d'information
  3. 07:30 TU Sessions d'information
  4. 08:00 TU Journal
  5. 08:10 TU Le débat africain
  6. 08:30 TU Journal
  7. 08:40 TU Le débat africain
  8. 09:00 TU Journal
  9. 09:10 TU Religions du monde
  10. 09:30 TU Journal
  11. 09:33 TU Religions du monde
  12. 10:00 TU Journal
  13. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  14. 10:30 TU Journal
  15. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  16. 11:00 TU Journal
  17. 11:10 TU Internationales
  18. 11:30 TU Journal
  19. 11:32 TU Internationales
  20. 12:00 TU Journal
  21. 12:10 TU Mémoire d'un continent
  22. 12:30 TU Sessions d'information
  23. 13:00 TU Journal
  24. 13:10 TU Littérature sans frontières
  25. 13:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Egypte Mohamed Morsi

Situation très tendue en Egypte, la police en grève

media

En Egypte, de violents accrochages entre policiers et manifestants se sont poursuivis dans la nuit du dimanche 10 mars au lundi aux abords de la place Tahrir. Un des signes du désordre croissant qui frappe l’Egypte et qui semble de plus en plus incontrôlable puisque même la police commence à baisser les bras est que le Procureur général appelle « les honnêtes citoyens à arrêter les voyous ».
 

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Y a-t-il un pilote dans l’avion ? C’est la question que se posent de plus en plus d’Egyptiens. Dimanche 10 mars, la circulation au Caire a frisé la mort clinique à cause de la grève des chauffeurs de minibus protestant contre la pénurie de carburant. Ils en ont assez de passer des heures pour faire le plein. Résultat, des millions de Cairotes ont passé des heures à chercher des moyens de transport ou sont restés bloqués dans les bouchons.

Par ailleurs, des agents de la circulation ont rejoint la grève d’une partie de la police qui réclame le limogeage du ministre de l’Intérieur. Samedi les Egyptiens ébahis ont vu sur leurs télévisions des images de jeunes pillant la Fédération de football avant d’y mettre le feu. Les six coupes d’Afrique des Nations remportées par l’Egypte ont ainsi disparu.

Dans ces conditions les Egyptiens attendaient une intervention du président de la République. La télévision d'Etat a même annoncé, avant de démentir. Le seul responsable vu sur les télés était le commandant de la deuxième armée qui calmait la colère des habitants de Port-Saïd.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.