GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La France et le Royaume-Uni prêts à livrer des armes aux rebelles syriens

    media Des combattants de l’Armée syrienne libre, avec des bombes artisanales, à Deir al-Zor, le 8 mars 2013. REUTERS/ Khalil Ashawi

    La France et la Grande-Bretagne sont prêtes à livrer des armes aux rebelles syriens a annoncé le ministre français des Affaires étrangères. Annonce confirmée dans l'après-midi par François Hollande. A la veille du second anniversaire du début du soulèvement en Syrie, les deux pays veulent faire pression sur l’Union européenne pour mettre fin au « déséquilibre » entre rebelles et forces loyales à Bachar el-Assad.

    Laurent Fabius a annoncé sa décision, prise conjointement avec François Hollande, de « demander à l’Union européenne la levée de l’embargo sur les armes. » Une décision prise conjointement avec la Grande-Bretagne, qui constitue un véritable tournant dans la situation syrienne, à la veille des deux ans du début du soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad.

    Jusqu’ici, les pays occidentaux refusent de livrer des armes aux rebelles syriens. L’Union européenne, qui a instauré un embargo, craint d’aggraver le conflit. Il y a également la peur de voir ces armes tomber entre de mauvaises mains : celles de groupes jihadistes qui ont rejoint l’opposition syrienne.

    Mais, Laurent Fabius juge que « l’on ne peut pas accepter le déséquilibre actuel, avec d’un côté l’Iran et la Russie qui livrent des armes à Bachar, et, de l’autre, les résistants qui ne peuvent pas se défendre. »

    Pour le ministre français des Affaires étrangères, il faut donc agir. La France se dit prête, avec la Grande-Bretagne, à fournir des armes à l’opposition syrienne.

    On ne peut pas accepter ce déséquilibre actuel, avec d’un côté l’Iran et la Russie qui livrent des armes à Bachar (el-Assad), et, de l’autre, les résistants qui ne peuvent pas se défendre.

    Laurent Fabius

    Ministre français des Affaires étrangères.

    14/03/2013 Écouter

    Ces déclarations ont notamment pour but de faire pression sur l’Union européenne, afin qu’elle lève l’embargo imposé sur la livraison d’armes aux rebelles. Paris et Londres vont demander qu’une réunion, qui était prévue sur ce sujet dans deux mois, soit avancée et qu’elle se tienne « le plus rapidement possible. »

    François Hollande « prêt à soutenir la rébellion »

    La transition politique doit être la solution pour la Syrie. Mais nous devons faire pression, et montrer que nous soutenons l’opposition.

    François Hollande

    Président français.

    14/03/2013 Écouter

    Cette annonce a été confirmée par le président français, ce jeudi dans l’après-midi depuis Bruxelles, où se tient un sommet européen jusqu’à vendredi. « Nous souhaitons que les Européens lèvent l'embargo (...) Nous sommes prêts à soutenir la rébellion, donc nous sommes prêts à aller jusque là. Nous devons prendre nos responsabilités », a déclaré François Hollande à la presse à son arrivée à Bruxelles.

    Guy Verhofstadt, eurodéputé de l’Alliance démocrate et libérale pour l’Europe, lui a emboîté le pas. Devant le Parlement européen, il a jugé que « pour le moment, l'embargo pénalise les victimes d'Assad ». Cependant, a-t-il noté, « nous observons, heureusement, un changement dans un certain nombre de pays. » Des changements favorables, selon lui, car ils sont le signe « d'un premier pas pour mettre fin à cet embargo. »

    Nous observons heureusement un changement dans certains pays. (...) Il s’agit d’un premier pas pour mettre fin à cet embargo qui ne pénalise que les victimes.

    Guy Verhofstadt

    Eurodéputé (ADLE), ex-président du Conseil de l’Europe.

    14/03/2013 Écouter

    Il y a urgence : vendredi 15 mars, la révolution syrienne fêtera son deuxième anniversaire. Un anniversaire tragique, puisque le bilan était, à la fin du mois de février, de 70 000 morts.

    _________________________________________

    Londres aux côtés de Paris pour « augmenter la pression » sur Bachar el-Assad

    Avec notre correspondant à Londres, Adrien Moss

    Il y a quelques jours, David Cameron avait dit que toutes les options étaient sur la table. Il avait également précisé qu’il n’était pas exclu que la Grande-Bretagne arme les rebelles, même sans l’accord de l’Union européenne.

    C’est exactement la position présentée par Laurent Fabius, mais Londres n’a pas repris à son compte les déclarations du chef de la diplomatie française, pour ne pas donner l’impression de suivre Paris, même si les deux pays marchent côte à côte.

    Londres a approuvé l’amendement européen à l’embargo total sur les armes, qui autorise la livraison de « matériels de guerre non offensif » aux rebelles. Mais l’Europe attend de voir les résultats de ces livraisons de blindés légers, de gilets pare-balles et de matériel de communication.

    « Ces livraisons ont indiqué clairement les intentions de la communauté internationale », dit-on à Londres qui juge également qu’« il faut augmenter la pression sur le président syrien pour lui imposer une transition politique vers une Syrie plus diplomatique. »

    La Grande-Bretagne, comme la France, est prête à armer les rebelles, même sans le feu vert de l’Europe.

    Chronologie interactive
    Accesseur chronologie Syrie

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.