GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Arabie Saoudite : quelle application du texte de l'ONU contre les violences faites aux femmes dans une société conservatrice?

    media Les femmes saoudiennes ont été écartées des élections municipales en septembre 2011. Danita Delimont /Getty

    Les 193 pays des Nations unies ont adopté le 16 mars une déclaration qualifiée « d'historique ». Un texte, dans lequel les violences faites aux femmes sont dénoncées, et qui affirme qu'elles ne peuvent être justifiées par aucune coutume, tradition, ni considération religieuse. Au départ, plusieurs pays étaient réticents, comme le Vatican, la Russie, ou encore l'Iran. D'autres pays musulmans s'opposaient aussi à cette déclaration. Dans le principe, ils y ont donc adhéré. Mais va se poser maintenant la question de l'application de ces principes chez les plus conservateurs, et notamment en Arabie Saoudite.

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    Derrière cette déclaration, certes, historique, des interrogations, des doutes subsistent. Comment peut-on être sûr que cet accord sur les violences contre les femmes sera réellement appliqué par tous les pays musulmans y compris par les plus conservateurs d’entre eux ?

    En Arabie Saoudite par exemple où les femmes sont considérées comme des mineures, où les domestiques victimes de violences physiques et psychologiques souffrent en silence, comment les autorités saoudiennes vont-elles bien pouvoir se conformer à cette déclaration ?

    Elles peuvent, en effet, promettre de s’engager à la respecter. Mais les dirigeants vont se heurter à un obstacle de taille. Celui de la mentalité. Ici, la population saoudienne est sclérosée par le poids des traditions et des coutumes.

    Mounira est une jeune Saoudienne de 23 ans. Elle nous confie « qu’elle est ravie de cette déclaration adoptée aux Nations unies. Trop de femmes souffrent dans mon pays. Et de rajouter que « la semaine dernière l’âge du mariage pour les jeunes filles a été fixé à16 ans. C’était inespéré, il y a encore quelques mois. Ici, il ne faut surtout pas bousculer les mentalités. Mais on avance, lentement », finit-elle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.