Egypte: le film «Juifs d'Egypte» d'Amir Ramses sur trois écrans au Caire - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Sessions d'information

 

  1. 12:10 TU Sessions d'information
  2. 12:30 TU Journal
  3. 12:33 TU Sessions d'information
  4. 12:40 TU Grand reportage
  5. 13:00 TU Journal
  6. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  7. 13:30 TU Journal
  8. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  9. 14:00 TU Journal
  10. 14:10 TU Autour de la question
  11. 14:30 TU Journal
  12. 14:33 TU Autour de la question
  13. 15:00 TU Journal
  14. 15:10 TU Radio foot internationale
  15. 15:30 TU Journal
  16. 15:33 TU Radio foot internationale
  17. 16:00 TU Journal
  18. 16:10 TU Sessions d'information
  19. 16:30 TU Journal
  20. 16:33 TU Sessions d'information
  21. 16:40 TU Accents d'Europe
  22. 17:00 TU Journal
  23. 17:10 TU Décryptage
  24. 17:30 TU Journal
  25. 17:33 TU Sessions d'information
  1. 12:10 TU Grand reportage
  2. 12:30 TU Sessions d'information
  3. 13:00 TU Journal
  4. 13:10 TU Sessions d'information
  5. 13:30 TU Journal
  6. 13:33 TU Danse des mots
  7. 14:00 TU Journal
  8. 14:10 TU Autour de la question
  9. 14:30 TU Journal
  10. 14:33 TU Autour de la question
  11. 15:00 TU Journal
  12. 15:10 TU Radio foot internationale
  13. 15:30 TU Journal
  14. 15:33 TU Radio foot internationale
  15. 16:00 TU Journal
  16. 16:10 TU Sessions d'information
  17. 16:30 TU Journal
  18. 16:33 TU Sessions d'information
  19. 16:40 TU Accents d'Europe
  20. 17:00 TU Journal
  21. 17:10 TU La bande passante
  22. 17:30 TU Journal
  23. 17:33 TU Sessions d'information
  24. 17:40 TU La bande passante
  25. 18:00 TU Journal
Urgent

Selon les Nations unies, les massacres auraient été commis lors de la prise de Bentiu, localité pétrolifère située dans l’Etat de l’Unité, par les hommes de l’ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar. Près de 200 personnes auraient notamment été tuées dans une mosquée et plusieurs autres dans une église, affirme l’ONU dans un communiqué.

Dernières infos

fermer

Moyen-Orient

Egypte judaïsme

Egypte: le film «Juifs d'Egypte» d'Amir Ramses sur trois écrans au Caire

media

Depuis quelques jours, trois salles de cinéma au Caire et à Alexandrie projettent le documentaire égyptien «Juifs d’Egypte» d'Amir Ramses. Une première, dans un pays qui a tout de même compté quelque 80 000 juifs avant de les chasser au moment de la crise du canal de Suez en 1956. Mais la projection du film ne s’est pas faite toute seule.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Les obstacles ont été multiples. Il a d’abord fallu convaincre des producteurs, puis obtenir le visa de la censure. Mais au moment de la projection en salle, il y a eu un nouvel obstacle : la sécurité nationale a estimé que le film pourrait provoquer des désordres. Ce n’est qu’après une levée de boucliers des médias que la sécurité nationale s’est aperçue qu’après tout, le film avait déjà été projeté l’année dernière dans le cadre d’un festival sans faire le moindre désordre.

Le film raconte l’histoire de cette communauté dont la présence en Egypte a été signalée par les historiens grecs il y a plus de deux mille ans. Fin XIXe - début XXe, les juifs ont été des pionniers dans le théâtre avec Yaakoub Sannoue, au cinéma avec le réalisateur et producteur Togo Mizrahi, ou dans la musique avec la chanteuse actrice Layla Mourad.

Une cinquantaine de juifs aujourd'hui

Les juifs ont aussi été des pionniers en politique. On les retrouve dans toutes les formations de gauche luttant contre les capitalistes dont une partie était composée par d’autres juifs. Mais tout bascule avec le projet de création de l’Etat d’Israël. Des milliers de juifs égyptiens quittent l’Egypte pour la Palestine.

C’est l’agression anglo-franco-israélienne de 1956 contre l’Egypte, après la nationalisation du canal de Suez, qui va sceller le sort de la communauté. Le gouvernement leur fait signer un papier selon lequel ils se désistent de leurs biens et quittent le pays de leur plein gré. C’est ce traumatisme que raconte le film à travers des témoignages recueillis surtout en France.

Aujourd’hui, il doit rester une cinquantaine de juifs en Egypte, dont les plus jeunes ont la soixantaine. La dernière grande personnalité de cette communauté était Chehata Haroun, un avocat communiste fondateur du parti Tagamoa. Haroun est décédé il y a une dizaine d’années.

Pour aller plus loin, le dossier de nos confrères de France 24

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.