GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
Aujourd'hui
Vendredi 2 Septembre
Samedi 3 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La France recule sur la livraison d'armes aux rebelles syriens

    media Au sommet européen de Bruxelles, vendredi 15 mars 2013, François Hollande avait répété vouloir envoyer des armes aux rebelles syriens. REUTERS/Eric Vidal

    Il n'y aura pas de livraisons d'armes tant qu'il n'y aura pas de garanties qu'elles ne tombent pas dans de mauvaises mains, a dit François Hollande jeudi soir sur France 2. Et ces garanties ne sont pas réunies. Il disait pourtant tout le contraire il y a deux semaines, à Bruxelles.

    Il y a quinze jours, au sommet de Bruxelles, François Hollande clame haut et fort : il faut armer les rebelles syriens, pour mettre fin au massacre perpétré par le régime de Bachar el-Assad. La France est prête à le faire sans l'aval de l'Europe, qui maintient un embargo sur les armes à destination de la Syrie. Le président français répond même aux craintes de ses collègues : « Nous avons toutes les garanties nécessaires pour éviter les déperditions d'armes », autrement dit, ces armes ne tomberont pas dans les mains de jihadistes.

    Jeudi 28 mars, changement de ton. François Hollande affirme ne pas avoir ces garanties. Et il ajoute : « Il n'y aura pas de livraisons d'armes tant que l'opposition ne contrôlera pas totalement la situation ».

    A quoi est du ce revirement ? Le chef de l'Etat évoque les divisions au sein de l'opposition syrienne. Il est vrai que son chef politique, Ahmad Moaz el-Khatib a démissionné dimanche dernier, qu'un Premier ministre pour la Coalition de l'opposition a été nommé et que personne ne le connaît. « Il y a des tensions dans l'opposition, confirme-t-on aujourd'hui à l'Elysée, les choses bougent et pas forcément dans le bon sens ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.