GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: au moins 15 morts dans un attentat-suicide à Damas

    media Sur le lieu de l'attentat à Damas, lundi 8 avril 2013. REUTERS/SANA

    Un attentat-suicide à la voiture piégée a fait au moins 15 morts et 53 blessés, ce lundi 8 avril, à Damas. L'explosion s'est produite près d'une école de Sabaa Bahrat, quartier du centre de la capitale où se trouvent le siège de la Banque centrale et le ministère des Finances.

    Plusieurs enfants se trouvent parmi les victimes, selon les médias officiels, mais cette information est démentie par l’OSDH (Observatoire syrien des droits de l’homme). Son directeur condamne l’attentat mais dénonce la guerre médiatique menée par le régime de Bachar el-Assad.

    Selon Rami Abdelrahmane, à chaque nouvelle attaque, la télévision d’Etat créée une véritable polémique. À croire que les explosions ne touchent que des écoles ou encore des mosquées.

    Les images, diffusées par al-Ikhbaria, la chaîne syrienne d’information continue, sont très dures, elles montrent des restes humains, des civils choqués, en train de crier et de pleurer.

    Des colonnes de fumée s’élèvent au-dessus de la zone visée par l’attentat, plusieurs véhicules sont en feu. On y voit également des militaires et des secouristes s’activer afin de venir en aide aux blessés.

    Depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011, une vingtaine d’attentats à la voiture piégée ont secoué la capitale syrienne. Selon l’observatoire syrien des droits de l’homme, ils portent généralement la signature de groupes jihadistes, à l’image du Front al-Noosra, qui n’hésite pas d’ailleurs à revendiquer ces violences.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.