Egypte: le patriarche copte Tawadros II accuse les autorités égyptiennes de «laxisme déshonorant» - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 20:33 TU Couleurs tropicales
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Grand reportage
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU Danse des mots
  6. 22:00 TU Sessions d'information
  7. 22:30 TU Sessions d'information
  8. 23:00 TU Journal
  9. 23:10 TU Autour de la question
  10. 23:30 TU Journal
  11. 23:33 TU Autour de la question
  12. 20:33 TU Musiques du monde
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Si loin si proche
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Si loin si proche
  17. 22:00 TU Journal
  18. 22:10 TU Archives d'Afrique
  19. 22:30 TU Journal
  20. 22:40 TU Archives d'Afrique
  21. 23:00 TU Journal
  22. 23:10 TU Atelier des médias
  23. 23:30 TU Journal
  1. 20:30 TU Journal
  2. 20:33 TU Couleurs tropicales
  3. 21:00 TU Journal
  4. 21:10 TU Autour de la question
  5. 21:30 TU Journal
  6. 21:33 TU Autour de la question
  7. 22:00 TU Sessions d'information
  8. 22:30 TU Sessions d'information
  9. 23:00 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Egypte Mohamed Morsi

Egypte: le patriarche copte Tawadros II accuse les autorités égyptiennes de «laxisme déshonorant»

media Le patriarche copte Tawadros II wiki commons

Le patriarche copte orthodoxe d'Egypte Tawadros II, a vivement critiqué mardi les autorités égyptiennes qu’il a accusées de « laxisme déshonorant » face aux agressions de dimanche contre la cathédrale Saint-Marc du Caire qui ont fait deux morts et quatre-vingt-cinq blessés. Il a par ailleurs reproché au président égyptien - et Frère musulman - Mohamed Morsi son intervention tardive, plus de 48 heures après les premières agressions anti-chrétiennes.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Les critiques du pape Tawodros sur deux chaînes de télévisions privées égyptiennes sont sans précédent. Son prédécesseur, le pape Chénouda III se contentait de recourir à la retraite dans un monastère et au jeûne de protestation.

Mais les temps, comme le pape, ont changé. Les coptes qui ont activement participé au soulèvement contre Hosni Moubarak n’acceptent plus d’être des éternels « martyrs ». La colère dépasse néanmoins le simple cadre religieux. Le Front du salut national réunissant les principales forces de l’opposition laïque au pouvoir Frères musulmans a, lui aussi, durement condamné l’attitude gouvernementale que certains n’ont pas hésité à qualifier de « criminelle ».

Lundi une manifestation réunissant des milliers de militants révolutionnaires musulmans est partie de la mosquée Al Fath, au centre du Caire pour soutenir les chrétiens devant la cathédrale copte. Pour tenter de réduire la tension, le président égyptien a dépêché une délégation à la cathédrale qu’il a décrite comme « un symbole copte intouchable ».

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.