GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    G8: John Kerry rencontrera l'opposition syrienne en marge du sommet

    media John Kerry (g.) et le président de la Coalition nationale syrienne Mouaz al-Khatib lors de la conférence des Amis de la Syrie à Rome, le 28 février 2013. REUTERS/Jacquelyn Martin/Pool

    Après avoir tenté sans succès de relancer les discussions de paix entre Israéliens et Palestiniens, le secrétaire d’Etat américain se consacre au dossier syrien. John Kerry quitte le Proche-Orient, direction : la Grande-Bretagne. En marge du sommet du G8, il doit rencontrer des membres de l’opposition syrienne cette semaine à Londres. Au menu : les aides apportées par Washington aux rebelles et notamment la question de la livraison des armes.

    Si dans le dossier israélo-palestinien John Kerry dit volontairement privilégier une diplomatie discrète dans le dossier syrien. C’est justement cette discrétion que lui reproche l’opposition au président Bachar el-Assad. Elle réclame plus d’appui direct.

    Il y a quelques semaines, son chef Ahmad Moez al-Khatib a de nouveau demandé à Washington de s’impliquer davantage dans le conflit en livrant des armes aux rebelles.

    Mais les Etats-Unis, tout comme les pays européens, avec à leur tête la France et la Grande-Bretagne, hésitent de plus en plus à passer à l’acte.

    Groupes jihadistes

    Si dans un premier temps ces pays-là, avaient indiqué avoir reçu les garanties nécessaires de la part de l’opposition, le risque étant de voir ces armes finir entre les mains de groupes jihadistes.

    Aujourd’hui, la situation a totalement changé. L’opposition syrienne est minée par les divergences et traversées par des courants d’influence extérieurs.

    Ahmad Moez al-Khatib, démissionnaire, ne devrait d’ailleurs pas participé à la première rencontre de l’opposition syrienne avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.