GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Turquie: le retrait des troupes du PKK commencera le 8 mai

    media Des combattants du PKK, dans les montagnes de Quandil, en Irak, à proximité de la frontière avec la Turquie. REUTERS/Azad Lashkari

    Les rebelles kurdes du PKK commenceront à se retirer de Turquie à compter du 8 mai prochain et retourneront sur leurs bases arrière du nord de l'Irak. Cette annonce du chef militaire du parti des travailleurs du Kurdistan, Murat Karayilan, intervient quelques mois après le début de pourparlers de paix entre Ankara et le chef du PKK emprisonné, Abdullah Öcalan, qui a déjà appelé ses troupes à un cessez-le-feu le 21 mars dernier.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    C’est une feuille de route sans surprise qu’a annoncée le chef militaire du PKK. Le retrait prévu par Murat Karayilan devrait débuter dans près de deux semaines, sans objectif d’achèvement.

    Il y a quelques semaines, Abdullah Öcalan avait dit souhaiter que cette opération soit terminée pour la fin juin. Selon le plan de Murat Karayilan, les combattants du PKK se retireront « par étapes, secrètement, dans l’ordre et la discipline, par les routes qu’ils empruntent habituellement et comme il sied à une guérilla. » Autrement dit, le retrait se fera bien avec leurs armes, mais en évitant toute confrontation.

    Retrait dans le nord de l'Irak

    Le chef du gouvernement, Tayyip Erdogan, avait demandé que les rebelles déposent leurs armes avant de se replier. Mais le commandant du PKK avait déjà répondu que les armes ne seraient abandonnées qu’à la toute fin du processus de négociations de paix, et certainement pas avant ou en cours de retrait.

    Comme on s’y attendait également, les quelques 3000 ou 3 500 rebelles actuellement présents en Turquie partiront se cantonner en Irak du Nord, a précisé Murat Karayılan. Celui-ci demande à l’Armée turque « d’éviter toute provocation », faute de quoi, prévient-il, le retrait s’arrêtera et les rebelles feront usage de leur « droit de légitime défense. » Depuis 1984, le conflit entre le PKK et la Turquie a fait plus de 45 000 morts.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.