GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: la Russie met en garde contre «l’alibi» des armes chimiques

    media Des soldats fidèles au régime de Bachar el-Assad, à proximité d’Alep, le 24 avril. REUTERS/George Ourfalian

    La Russie reste un précieux allié de Damas. Mikhail Bogdanov, l’émissaire de Vladimir Poutine pour le Moyen-Orient, qui était en visite au Liban ce samedi 27 avril, juge que les informations concernant l’utilisation d’armes chimiques en Syrie ne doivent pas «servir d’alibi» à une intervention étrangère.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Pour la Russie, il s’agit de ne pas réitérer en Syrie le précédent des « ADM », les armes de destructions massives irakiennes. Ce prétexte avait été invoqué par les Etats-Unis pour envahir ce pays en 2003, puis il est apparu que les fameuses « ADM » de Sadam Hussein n’existaient pas.

    L’émissaire de Vladimir Poutine pour le Moyen-Orient, Mikhail Bogdanov, a déclaré depuis Beyrouth où il a rencontré notamment le porte-parole du Parlement, Nabih Berri, que « les informations faisant état de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie ne doivent pas constituer un alibi pour une intervention militaire ».

    La Russie veut voir les preuves

    « S’il y a des preuves sérieuses, il faut les montrer immédiatement et ne pas les dissimuler », a déclaré Mikhail Bogdanov, qui est aussi vice-ministre des Affaires étrangères. Selon lui, « il faut s’assurer de ces données immédiatement, et conformément aux critères internationaux, et non pas les utiliser pour atteindre d’autres objectifs ».

    Cliquez pour agrandir
    Mikhail Bogdanov (d.), aux côtés de Nabih Berri, porte-parole du Parlement libanais, ce samedi 27 avril, à Beyrouth. REUTERS/Hassan Ibrahim/Lebanese Parliament

    Le diplomate russe « veut aussi connaitre la vérité et avoir des preuves sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie ». Mais, selon lui, il ne faut pas se baser sur des informations rapportées sur des médias « qui ne s’appuient par sur des faits ».

    L’émissaire de Vladimir Poutine a par ailleurs rappelé « l’expérience passée d’une intervention violente dans les affaires irakiennes, au prétexte qu’il y avait des ADM, et cela s’est révélé faux, en fin de compte ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.