GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: Deraa se prépare à de violents combats

    media

    L'Armée syrienne libre peine à prendre le contrôle du sud de la Syrie. Cela fait des semaines qu’elle annonce vouloir maîtriser toute la frontière, mais le passage avec la Jordanie est toujours aux mains du régime et tout le monde s’attend à une bataille féroce pour le contrôle de la ville de Deraa dans les jours à venir. Les forces loyalistes, elles, veulent garder le contrôle du Sud coûte que coûte.

    Avec notre correspondante à Amman, Angélique Ferrat

    Sur le terrain, l'Armée libre de Syrie était encore divisée il y a peu de temps. Certaines milices étaient armées, d’autres pas. Les milices islamistes refusaient toute collaboration. Khahal, un ancien militaire déserteur originaire de Deraa, est retourné il y a quelques semaines en Syrie. Il voulait unifier le commandement pour renforcer l’armée libre au Sud. Il a réussi. Il y a aujourd’hui une seule salle d’opération, un seul commandement et une distribution centralisée des armes.

    La moitié sud de Deraa est contrôlée par les rebelles ; la moitié nord par le régime. Pour l'ancien militaire, la situation est complexe. « La situation ? Nous ne pouvons lancer une offensive parce que nous sommes trop faibles, nous n'avons pas assez d’armes. Nous avons les hommes mais nous n’avons pas le matériel pour prendre l’initiative », analyse-t-il.

    Obtenir des armes et de l'aide

    Khahal souhaite évidemment obtenir des armes. « Le régime va tout faire pour garder le Sud et protéger Damas », explique-t-il. Il balaye la question des milices islamistes, en admettant : « oui il y en a, mais ce n’est pas un problème ». Selon lui, elles combattent comme les autres, mais l’Occident utilise la peur des islamistes pour ne pas les aider.

    Les Jordaniens et les Américains rêvent de créer une zone tampon entre la frontière de 370 kms et la capitale syrienne Damas, pour éloigner les combats et ralentir le flux des refugiés.« Ils vont devoir nous aider pour ça », conclut le nouveau commandant de l'Armée syrienne libre du Sud.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.