Un rebelle syrien mange le coeur d'un soldat, images d'une barbarie qui se systématise - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 16:10 TU Sessions d'information
  2. 16:30 TU Journal
  3. 16:33 TU Sessions d'information
  4. 16:40 TU Accents d'Europe
  5. 17:00 TU Journal
  6. 17:10 TU Décryptage
  7. 17:30 TU Journal
  8. 17:33 TU Sessions d'information
  9. 17:40 TU Débat du jour
  10. 18:00 TU Journal
  11. 18:10 TU Grand reportage
  12. 18:30 TU Sessions d'information
  13. 19:00 TU Journal
  14. 19:10 TU La bande passante
  15. 19:30 TU Journal
  16. 19:40 TU La bande passante
  17. 20:00 TU Journal
  18. 20:10 TU Couleurs tropicales
  19. 20:30 TU Journal
  20. 20:33 TU Couleurs tropicales
  21. 21:00 TU Journal
  22. 21:10 TU Accents d'Europe
  23. 21:30 TU Journal
  24. 21:33 TU Danse des mots
  25. 22:00 TU Sessions d'information
  1. 16:10 TU Sessions d'information
  2. 16:30 TU Journal
  3. 16:33 TU Sessions d'information
  4. 16:40 TU Accents d'Europe
  5. 17:00 TU Journal
  6. 17:10 TU La bande passante
  7. 17:30 TU Journal
  8. 17:33 TU Sessions d'information
  9. 17:40 TU La bande passante
  10. 18:00 TU Journal
  11. 18:10 TU Grand reportage
  12. 18:30 TU Sessions d'information
  13. 19:00 TU Journal
  14. 19:10 TU Décryptage
  15. 19:30 TU Journal
  16. 19:40 TU Débat du jour
  17. 20:00 TU Journal
  18. 20:10 TU Couleurs tropicales
  19. 20:30 TU Journal
  20. 20:33 TU Couleurs tropicales
  21. 21:00 TU Journal
  22. 21:10 TU Radio foot internationale
  23. 21:30 TU Journal
  24. 21:33 TU Radio foot internationale
  25. 22:00 TU Sessions d'information
fermer

Moyen-Orient

Justice internationale Réseaux sociaux Syrie Bachar el-Assad

Un rebelle syrien mange le coeur d'un soldat, images d'une barbarie qui se systématise

media

Depuis deux jours, une vidéo circule sur la toile, montrant ce qui semble être un cas de cannibalisme en Syrie. Le chef rebelle qui se met en scène sur ces images appelle au meurtre des alaouites, arrachant au corps d'un soldat tué son coeur et son foie. La violence du document soulève l'indignation dans la communauté syrienne comme internationale.

Depuis quelques mois, la violence des vidéos filmées en Syrie gagne en ampleur. Cette fois-ci, les images tournées par un groupe de rebelles franchissent un nouveau seuil de barbarie. Un chef de guerre s'y met en scène au-dessus du cadavre d'un militaire fidèle au régime. Menaçant, il avertit ses ennemis : «  Je jure devant Dieu, vous soldats de Bachar, vous chiens, nous mangerons vos coeurs et vos foies  ».

Joignant le geste à la parole, l'homme éviscère le corps et en extrait les deux organes, qu'il porte ensuite à sa bouche comme s'il allait les dévorer. La vidéo reste difficile à authentifier : ce sont des fidèles du régime syrien qui l'ont finalement diffusée, cherchant à attirer le discrédit sur la rébellion. Elle circulerait depuis plusieurs semaines d'un ordinateur à l'autre. Des journalistes du magazine Time ont ainsi expliqué l'avoir eu entre les mains depuis le mois d'avril, continuant à enquêter sur ses auteurs malgré plusieurs témoignages confirmant son authenticité.

Le commandant rebelle qui apparaît serait Abu Sakkar, de son vrai nom Khalid al-Hamad. Vétéran du siège particulièrement violent du quartier de Baba Amr, à Homs, en 2012, il aurait appartenu à la brigade Farouk, l'un des principaux mouvements de la rébellion syrienne. L'homme, décrit comme particulièrement militant et amoureux des armes par les journalistes qui l'ont rencontré, dirige depuis octobre dernier sa propre branche dissidente au sein de l'insurrection.

Depuis, il mène principalement le combat dans la ville de Qusayr, à la frontière libanaise. Assiégé par l'armée syrienne et par le Hezbollah, il semble vouloir montrer à ses ennemis que lui et ses hommes ne se rendront pas. Le chercheur Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie, voit dans cette vidéo l'illustration d'une tendance : « depuis quelque temps, on voit se multiplier ce genre d'actions : des exécutions, des égorgements et même un enfant de 13 ans à qui on a fait décapiter un prisonnier ».

Crimes de guerre

L'ONG Human rights watch (HRW) a aussitôt tiré la sonnette d'alarme. « Le conflit prend un tournant encore plus sombre », constate Peter Bouckaert, directeur de la section Urgences de l'organisation. « Il y a une augmentation significative des atrocités, des deux côtés, qui réclame un réveil de la communauté internationale », s'inquiète-t-il. HRW appelle les responsables de l'opposition syrienne à condamner ceux, dans ses rangs, qui commettent de tels actes.

L'Armée syrienne libre (ASL) et le Conseil national syrien (CNS) ont immédiatement condamné l'auteur de la vidéo. « Ils n'ont aucune autorité sur le terrain », remarque Fabrice Balanche : « il y a 200 000 personnes en armes en Syrie, qui se revendiquent ou non de l'ASL, sans la moindre hiérarchie réelle ». Pour ce chercheur, c'est directement auprès des bailleurs de fonds de l'insurrection qu'il faut chercher une solution : « si le Qatar peut faire libérer des casques bleus dans le Golan, il peut aussi limiter ces atrocités, en exigeant une certaine ligne de conduite ».

Les mutilations de cadavres sont condamnées dans le droit humanitaire international. La règle 113 de ce droit coutumier, qui s'applique à tous les Etats, y compris ceux qui ne l'ont pas spécifiquement ratifié, prévoit que « chaque partie au conflit doit prendre toutes les mesures possibles pour empêcher que les morts ne soient dépouillés ».

De l'impunité à la dérive

Face à l'impuissance généralisée sur le terrain, l'appel à la justice de HRW risque de rester lettre morte. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, philosophe et juriste, spécialiste du droit international, remarque que la communauté internationale n'a pas les moyens de faire appliquer le droit humanitaire en Syrie tant que le conflit perdure.

« C'est un phénomène qui n'est malheureusement ni nouveau, ni exceptionnel », explique-t-il. La Syrie n'étant pas signataire du Traité de Rome, qui donne son pouvoir à la Cour pénale internationale, il faudrait de plus une décision du Conseil de sécurité des Nations unies pour justifier la mise en place d'une condamnation internationale. « C'est ce qui s'était passé en Libye, avec la résolution 1970 : elle condamnait les crimes de guerre des troupes de Kadhafi... sans que cela ne les freine en quoi que ce soit », conclut-il.

« Dans les cas de guerres, les tentations cannibales peuvent arriver, explique de son côté George Guille-Escuret. Elles concernent d'ailleurs généralement le foie et le coeur, qui abritent la vie. » Pour cet ethnologue, spécialiste du cannibalisme, cette vidéo n'a rien à voir avec les pratiques guerrières qui ont pu être observées au cours de l'histoire chez certaines tribus nomades : « il s'agit ici d'islamistes radicaux, or les monothéismes interdisent fondamentalement le cannibalisme ». Si les autres combattants de la région décidaient d'imiter Abu Sakkar, ce serait « dramatique » pour leur camp. L'image de la rébellion est en effet d'ores et déjà souillée par les images d'exactions que certains rebelles s'appliquent à diffuser... avec l'aide des militants favorables à Bachar el-Assad.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.