GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
Aujourd'hui
Vendredi 2 Septembre
Samedi 3 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: des policiers en colère maintiennent le blocus du terminal de Rafah

    media Un membre du Hamas en faction, le 17 mai 2013, dans le sud de la bande de Gaza, devant le terminal de Rafah, point de passage vers l'Egypte. REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa

    Le terminal de voyageurs de Rafah est toujours fermé côté égyptien à cause de la colère des policiers. Une colère due à l'enlèvement, jeudi 16 mai, de sept policiers et soldats par des jihadistes dans le Sinaï, près de la frontière avec Gaza. Des centaines de Palestiniens sont bloqués à la frontière. Ce samedi 18 mai, cette fermeture a été critiquée par un haut responsable du Hamas, à Gaza.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Fils de fer barbelé, chaînes et cadenas bloquent les accès du terminal de Rafah. Les policiers égyptiens ont déclaré qu’ils n’ouvriront la frontière que quand leurs camarades auront été libérés et que le ministère de l’Intérieur aura pris les mesures nécessaires pour imposer la loi et l’ordre dans la région.

    D’autres policiers ont, pour les mêmes raisons, fermé les accès de l’aéroport et surtout du port d’El-Arich, la capitale du Nord-Sinaï. C’est par ce port que transite une bonne partie de l’aide qatarienne destinée à Gaza. Les policiers égyptiens sont convaincus que les jihadistes du Sinaï sont liés à des groupuscules extrémistes musulmans de Gaza.

    L’enlèvement des policiers et surtout des militaires embarrasse le président frère musulman Mohamed Morsi, qui a engagé des négociations avec les ravisseurs. Des négociations qui n’ont pas permis de libérer les otages et qui ont eu le don de mettre l’armée en colère. Une armée qui, depuis l’attaque en août qui a coûté la vie à 16 soldats, veut en découdre avec les jihadistes du Sinaï mais n’a pas reçu de feu vert présidentiel. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.