Egypte: Morsi sous le feu des critiques après le rapt des sept policiers et militaires - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 19:40 TU Sessions d'information
  2. 20:00 TU Journal
  3. 20:10 TU La bande passante
  4. 20:30 TU Journal
  5. 20:33 TU La bande passante
  6. 21:00 TU Journal
  7. 21:10 TU Radio foot internationale
  8. 21:30 TU Journal
  9. 21:33 TU Radio foot internationale
  10. 22:00 TU Sessions d'information
  11. 22:30 TU Sessions d'information
  12. 23:00 TU Journal
  13. 23:10 TU Ici l'Europe
  14. 23:30 TU Journal
  15. 23:33 TU Danse des mots
  16. 19:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  17. 20:00 TU Journal
  18. 20:10 TU Musiques du monde
  19. 20:30 TU Journal
  20. 20:33 TU Musiques du monde
  21. 21:00 TU Journal
  22. 21:10 TU Musiques du monde
  23. 21:30 TU Journal
  24. 21:33 TU Musiques du monde
  25. 22:00 TU Journal
  1. 19:40 TU Débat du jour
  2. 20:00 TU Journal
  3. 20:10 TU La bande passante
  4. 20:30 TU Journal
  5. 20:33 TU La bande passante
  6. 21:00 TU Journal
  7. 21:10 TU Radio foot internationale
  8. 21:30 TU Journal
  9. 21:33 TU Radio foot internationale
  10. 22:00 TU Sessions d'information
  11. 22:30 TU Sessions d'information
  12. 23:00 TU Journal
  13. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  14. 23:30 TU Journal

Dernières infos

fermer

Moyen-Orient

Mohamed Morsi

Egypte: Morsi sous le feu des critiques après le rapt des sept policiers et militaires

media

En Egypte, un camp de gardes-frontières dans le Sinaï a été attaqué lundi 20 mai à l’aube par des inconnus dans un pick-up. Les agresseurs ont arrosé à la mitrailleuse le camp situé à Rafah, à la frontière avec Gaza, avant de prendre la fuite. De quoi rajouter à la tension qui règne dans le Sinaï depuis l’enlèvement de sept soldats et policiers jeudi 16 mai.

Avec notre envoyé spécial à Alexandrie, Alexandre Buccianti

Depuis l’annonce de l’enlèvement, le président Frère musulman Mohamed Morsi est en pleine valse hésitation. Selon des sources concordantes, les ravisseurs sont des jihadistes du Sinaï. De source proche de la Confrérie, on a indiqué que des négociations étaient en cours avec les islamistes qui réclamaient la libération d’une vingtaine des leurs. Le lendemain, la présidence dément.

Des sources proches de la présidence indiquent que le président a recommandé de ne pas verser de sang y compris celui des ravisseurs. Le lendemain, la présidence dément.

Entre-temps, la colère gronde au sein de l’armée et de la police. Le terminal de Rafah ainsi que le port d’Al-Arich sont fermés depuis quatre jours par les forces de sécurité en grève.

L’opposition condamne l’impuissance du président. Des intervenants sur les chaînes de télévisions indépendantes vont plus loin. Ils accusent des Frères musulmans d’avoir commandité l’enlèvement pour détourner l’attention de la campagne de signatures anti-Morsi et pour se débarrasser du très populaire général al-Sissi, ministre de la Défense.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.