GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chutes de neige en France: 300 000 foyers privés d'électricité dans quatre départements (Enedis)
    • Le président lituanien gracie deux espions russes (officiel)
    • Chili: près de 200 manifestants éborgnés par les forces de l'ordre depuis le début de la crise sociale (INDH)
    • Chili: le Parlement convoque un référendum afin de réviser la Constitution de Pinochet (officiel)
    Moyen-Orient

    Liban: après la bataille de Qousseir, les combats s’intensifient à Tripoli

    media Des soldats libanais patrouillent dans les rues de Tripoli, le 21 mai 2013. REUTERS/Omar Ibrahim

    C'est un prolongement de la bataille de Qousseir, en Syrie. A Tripoli, dans le nord du Liban, les combats se sont intensifiés mardi 21 mai entre Bab el-Tebbeneh et Jabal Mohsen, deux quartiers rivaux. Le premier est sunnite et soutient la rébellion syrienne. Le second est alaouite, et appuie le régime syrien. Les affrontements cycliques se sont intensifiés depuis le début de la crise syrienne. L'armée, qui a perdu deux soldats lundi, s'est déployée dans ces quartiers périphériques et a ouvert le feu, sans parvenir à ramener le calme. Tripoli tombe une nouvelle fois dans la paralysie et la peur.

    Avec notre correspondante à Tripoli, Laure Stephan

    Malgré les tirs de kalachnikov voisins, des enfants jouent au ballon à Qobbé. Ils n'ont pas dix ans, mais pour eux, la guerre entre quartiers sunnites et bastion alaouite de Tripoli est devenue une routine. « On est habitués à cette situation, disent des enfants. La guerre ici, elle existait avant qu'on soit nés. Ca dure depuis des années. Les combats s'arrêtent, reprennent. Nous on ne va pas à l'école ces jours-ci. Elle est fermée, à cause des violences ».

    Depuis Qobbé, des colonnes de fumée noire s'élèvent dans les rues en contrebas. Des hommes guettent le son des combats. Ahmad, un garagiste de 50 ans, est usé par cette situation. « Le quotidien est très difficile, explique-t-il. Les chefs politiques sont responsables de ces violences. On ne travaille pas, on est tous à l'arrêt, à attendre. Et on n'est pas tranquilles : regardez, cette balle, je l'ai ramassée ici, lundi. C'est bien simple : tant que la guerre se poursuivra en Syrie, elle aura aussi lieu ici ».

    Jabal Mohsen l'alaouite soutient le régime syrien. Les quartiers sunnites voisins sont solidaires de l'opposition. Dans les rues, l'armée libanaise a déployé ses blindés. Mais pour Sera, 33 ans, les violences à Tripoli vont se poursuivre. « Tout le quartier de Jabal Mohsen est loyal à Bachar el-Assad, dit-elle. Et puis il y a beaucoup de Syriens à Tripoli, cela pèse beaucoup sur la ville. C'est nous les civils qui payons le prix fort de ces combats. L'armée est déployée, mais qu'est-ce qu'elle peut faire? Elle ne peut qu'empêcher les combats de se propager encore plus massivement ».
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.