GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Istanbul, l'opposition syrienne ne parvient pas à se mettre d'accord, la réunion est prolongée

    media Le président du Conseil national syrien, George Sabra, en pleine discussion avec des membres de l'opposition pendant une pause, samedi 25 mai 2013 à Istanbul. AFP PHOTO / OZAN KOSE

    La réunion devait durer trois jours, elle se prolongera finalement ce dimanche 26 mai. La coalition nationale syrienne est divisée. Les discussions portent notamment sur la participation ou non de l'opposition à la conférence « Genève 2 ». Une conférence internationale de paix souhaitée par Washington et Moscou afin de mettre autour de la table des négociations le régime et l'opposition syrienne.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Dans les coulisses de cette interminable réunion, les diplomates occidentaux ne cachent pas leur impatience, voire leur énervement : « Il faut en finir des querelles internes pour conclure sur l’essentiel », à savoir la rencontre « Genève 2 », disent-il.

    Mais pour en arriver à cette décision cruciale, il faut d’abord que la coalition de l’opposition syrienne s’entende sur l’élargissement de son assemblée de délégués, actuellement composée de 63 membres et qui doit être ouverte à 21 nouveaux représentants. Les trois groupes à intégrer, Kurdes, Turkmènes et libéraux de gauche, réclament chacun une représentation encore plus forte, et sont soutenus tant par l’Occident que par l’Arabie Saoudite, contre le Qatar qui voudrait maintenir la suprématie des Frères musulmans.

    Ce qui peut apparaître comme une minable querelle interne aura en fait des repercussions directes sur le processus à venir et d’éventuelles négociations avec le régime de Bachar el-Assad, car le poids des Frères musulmans, arc-boutés sur un désir de revanche sans compromission depuis le massacre de Hama en 1982, fera la différence en ce qui concerne la participation ou non de l’opposition syrienne à un dialogue avec le pouvoir baasiste actuel.

    Les discussions sont âpres, on le devine aux claquements de portes et aux éclats de voix. Et elles pourraient encore durer jusqu’au début de la semaine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.