GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Liban de plus en plus entraîné dans le conflit syrien

    media Deux blessés attendent de recevoir de l'aide, après qu'une roquette ait frappé leur maison, le 26 mai 2013 dans la banlieue sud de Beyrouth. REUTERS/Mohammed Azakir

    Les deux roquettes qui ont touché la banlieue sud de Beyrouth, dimanche matin 26 mai, ont fait quatre blessés. Une attaque sans revendication, mais qui s'apparente à une réponse à l'engagement du Hezbollah libanais auprès du régime syrien. Les craintes de voir le pays sombrer dans la violence s'amplifient.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Le Hezbollah n’a pas réagi aux propos d’un haut responsable de l’Armée syrienne libre qui a qualifié les tirs de roquette contre la banlieue sud de « mise en garde ». Il y aura des répercussions sur Beyrouth, sur Tripoli, et sur l’aéroport international, a averti Ammar el-Wawi.

    Aucun commentaire non plus après le démenti par le porte-parole de l’ASL, Fahd el-Masri, de l’implication des rebelles dans cette attaque. Les responsables du Hezbollah affirment qu’il ne faut pas tirer des conclusions hâtives. Le député Ali Ammar a assuré que son parti fera face à la discorde, et tient à l’unité nationale et à la paix civile.

    Le président de la République a qualifié l’attaque d’« acte terroriste commis par des saboteurs ». L’ancien Premier ministre Saad Hariri, un des plus virulents détracteurs du Hezbollah, a également condamné les tirs de roquettes. Au passage, il a mis en garde contre les dangers de la participation dans les « incendies externes ». En allusion au parti de Hassan Nasrallah qui combat en Syrie aux côtés de l’armée régulière.

    Les Libanais ont été tellement secoués par l’attaque contre la capitale qu’ils en ont presque oublié la chute d’autres roquettes, tirées par les rebelles syriens sur des villages du nord-est du Liban, et la poursuite des combats à Tripoli dans le nord, qui a encore fait des victimes ce dimanche.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.