GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Mondial 2019 de rugby au Japon: les All Blacks, doubles tenants, battent l'Afrique du Sud (23-13)
    • La Chine et les îles Salomon établissent des relations diplomatiques
    • Plusieurs centaines de personnes se revendiquant des «gilets jaunes» sont rassemblées à Paris ce samedi matin
    • Mondial 2019 de rugby au Japon: la France bat l'Argentine 23-21 dans un match capital pour la qualification
    • Chantier de Notre-Dame: «pas de pression» sur le calendrier des travaux (Franck Riester au «Parisien»)
    • Les Gardiens de la révolution préviennent que tout pays qui attaque l'Iran sera «le champ de bataille» (Hossein Salami)
    Moyen-Orient

    La diplomatie russe en position de force dans le dossier syrien

    media Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une réunion sur la Syrie à Moscou, le 7 mai 2013. REUTERS/Sergei Karpukhin

    Les grandes manoeuvres diplomatiques se poursuivent autour du conflit syrien pour tenter d'organiser une conférence de paix le mois prochain à Genève. Ce soir, lundi 27 mai, a lieu à Paris un dîner de travail entre Laurent Fabius, John Kerry et Sergueï Lavrov. Les chefs de la diplomatie française, américaine et russe tenteront de lever les derniers obstacles à l'organisation de la conférence, alors que les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ne sont pas parvenus à trouver un accord, ce lundi 27 mai.

    Pour Moscou, l'organisation de cette conférence de paix présente une série d'avantages considérables. D'abord, elle remet les diplomates russes au centre du jeu car ce sont eux qui ont obtenu l'accord de principe de Damas à une éventuelle participation. Ensuite, elle lui permet de faire preuve d'activisme sur le dossier syrien, alors que la communauté internationale lui reprochait de laisser pourrir la situation.

    Le pari est doublement gagnant puisque, sur le terrain, le rapport de force militaire penche depuis le début du mois de mai en faveur de l'armée syrienne, désormais soutenue directement par le Hezbollah libanais.

    Washington cède du terrain

    Moscou revient donc au centre du jeu et le fait sans même avoir remis en cause les fondamentaux de sa politique syrienne. Ainisi, la livraison de nouveaux missiles à Damas aura lieu comme prévue, malgré les mises en garde répétées d'Israël.

    De même, la Russie se montre inflexible sur la question du maintien au pouvoir de Bachar el-Assad et sur ce point, ce sont les Etats-Unis qui semblent céder du terrain. Depuis quelques semaines, Washington se montre beaucoup moins déterminé que par le passé à obtenir un départ immédiat et sans conditions du président syrien.

    L'Union européenne ne parvient pas à trouver de position commune

    Par ailleurs, à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur la question de la livraison, ou non, d’armes aux rebelles syriens. « Il n'y a pas d'accord », a indiqué le Français Laurent Fabius, ce lundi en fin d’après-midi, à l’issue de la réunion, alors q'uil s'apprêtait à se rendre à Paris pour assister à la réunion avec John Kerry et Sergueï Lavrov.

    Le débat sur l’embargo de la livraison d’armes à la Syrie a plongé les Européens dans une impasse, dont ils ont tenté de sortir aujourd’hui. En novembre, ils avaient décidé de reconduire l’embargo pour des périodes de trois mois, dont la plus récente arrive à échéance ce vendredi 31 mai. Pour le Royaume-Uni et la France, c’était le moyen de renouveler les négociations régulièrement, dans l’espoir d’obtenir de leurs partenaires européens la possibilité d’armer l’opposition.

    Mais de profondes divisions persistent avec l’Autriche, le Luxembourg, la Suède et la Finlande, qui restent farouchement opposés à cette livraison d’armes, craignant qu’elles ne renforcent les jihadistes.

    Entre les deux, certains - dont l’Allemagne et l’Italie - semblaient prêts à accepter un compromis, qui passerait, par exemple, par des livraisons soumises à des garanties sur les destinataires réels des armes. Certains sont partisans d’une autorisation limitée à certains types d’armement ou encore à une levée de l’embargo uniquement en cas d’échec des négociations.

    Le ministre britannique avait prévenu qu’en cas d’échec, chaque pays serait libre de décider seul, puisque l’embargo ne peut être renouvelé qu’à l’unanimité des vingt-sept. Mais tous craignent ici que cette absence de décision n’obère par avance les négociations de Genève II.


    « Syrie : faut-il vendre des armes aux rebelles ? » sera le thème du « Débat du Jour », ce lundi 27 mai, à 19h40, heure de Paris, sur RFI.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.