GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Mars
Lundi 27 Mars
Mardi 28 Mars
Mercredi 29 Mars
Aujourd'hui
Vendredi 31 Mars
Samedi 1 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Présidentielle France: «Jamais les juges ne pourront démontrer que l'emploi de mon épouse était fictif» (François Fillon sur RTL)
    • Logement en France: fin de la trêve hivernale vendredi et reprise des expulsions pour des milliers de familles
    • Suspecté de participation à un trafic de drogue, un procureur mexicain a été arrêté à la frontière américaine à San Diego (autorités)
    • Etats-Unis: un juge fédéral de Hawaï va étendre le blocage du décret migratoire Trump
    Moyen-Orient

    Syrie: le sénateur américain John McCain rend visite aux rebelles

    media

    En Syrie, le camp des rebelles a reçu, lundi 27 mai, la visite du sénateur américain John McCain. Un appui formel de l'ex-candidat républicain à la présidence qui dénonce l'attentisme de Washington. 

    John McCain assistait à un Forum économique en Jordanie, le week-end dernier. Il en a profité pour se rendre en Turquie, d'où il a pu rejoindre le territoire syrien. Là-bas, il s'est entretenu avec le commandant en chef de l'Armée syrienne libre, Salim Idriss.

    Le sénateur républicain est le premier élu américain à s'être rendu en Syrie depuis le début du conflit. Au Sénat, il est l'un des plus fervents critiques de l'attentisme de Barack Obama qui, pour le moment, ne fournit à l'opposition qu'un soutien en matériel non létal, de peur que des armes ne tombent aux mains d'intégristes.

    John McCain prône l'armement des rebelles comme il l'avait déjà fait en Libye, il y a deux ans. Il défend l'idée d'une zone d'exclusion aérienne afin d'empêcher l'action dévastatrice de l'aviation du régime.

    Cet ancien vétéran du Vietnam met en avant la disponibilité dans la région du bouclier antimissile Patriot de l'Otan.

    Autre argument pour agir, selon lui : la récente attaque israélienne visant un bâtiment militaire à Damas démontre la faiblesse relative de la défense aérienne du régime. Alors qu'à Bruxelles les Etats européens ont convenu de lever l'embargo sur les armes, la pression semble s'accentuer sur l'administration Obama.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.