GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: la ville de Tripoli observe avec anxiété la situation se dégrader à Qousseir, en Syrie

    media L'armée libanaise s'est déployée à Tripoli après des jours des violents affrontements entre les communautés sunnites et alaouites. REUTERS/Omar Ibrahim

    La ville de Qousseir en Syrie est prise en étau par les forces de l’armée régulière et les combattants du Hezbollah. Au Liban, de l’autre côté de la frontière, les différentes communautés du pays suivent avec anxiété l’épilogue de cette bataille. C’est le cas en particulier à Tripoli, où de violents affrontements ont éclaté au cours de la semaine dernière entre les communautés sunnite, proches de la rébellion syrienne, et alaouite, des partisans de Bachar el-Assad. Ces affrontements ont fait plus de trente morts et des dizaines de blessés.

    Avec notre envoyé spécial à Tripoli, Daniel Vallot

    C’est un calme précaire qui s’est installé dans le quartier sunnite de Bab el-Tebbaneh. A certains croisements, pas de voiture, pas de piéton, par crainte des tireurs embusqués.

    Un habitant du quartier raconte : « Ici, personne ne peut marcher. Parfois tu peux traverser, mais parfois ils tirent. Ils ne veulent pas nous laisser tranquilles. Eux, ils sont encerclés. Et du coup, ils veulent nous empêcher de vivre normalement. Tout est complètement bloqué ! »

    Pour les habitants sunnites de Tripoli, ce sont les alaouites du quartier de Jabal Mohsen qui sont à l’origine des violences. « Ils ont tiré, disent-ils, sur ordre de Damas, pour faire oublier la bataille de Qousseir en Syrie. » Mais dans le quartier alaouite, les habitants en sont convaincus : ce sont les sunnites qui ont ouvert le feu.

    Une femme témoigne : « C’est une forme de revanche. Ils ne peuvent pas se battre là-bas en Syrie alors ils se battent ici. Parfois, l’un de leurs combattants meurt en Syrie, alors ça les rend dingues et ils se vengent sur nous. Mais ce n’est pas nous qui les avons tués ! »

    Comme les autres habitants de Jabal Mohsen, cette alaouite s’attend à une nouvelle explosion de violences dans les prochains jours si la ville de Qousseir tombe définitivement aux mains du Hezbollah. « Alors, dit-elle, la réaction des sunnites sera terrible ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.